Chez Mrs FIGG : chats, scones et livres à volonté !

19 mars 2017

" Dans le Dorset, la seule chose qui prouvait qu’il y avait la guerre, c’étaient les femmes qui travaillaient dans les champs "

 

hallows farm 1Les filles de Hallows Farm de Anegla Huth

Traduit de l’anglais (Land Girls)

Première publication : 1994

Quai Voltaire/Folio (556 pages)

Automne 1941.

Ag, Prue et Stella, jeunes anglaises soucieuses de soutenir leur pays en guerre, sont ouvrières agricoles volontaires. Elles sont envoyées dans le Dorset, à Hallows Farm, auprès de la famille Lawrence pour aider aux travaux de la ferme. Ici, la guerre est discrète, on y déplore surtout le rationnement et le manque de main d’oeuvre. Leur arrivée va bouleverser l’équilibre paisible des Lawrence et celui de Joe, leur fils réformé. Cette petite communauté fortuite va pourtant s’apprivoiser et apprendre à vivre ensemble, créant des liens pour la vie …

« … pas quand il y a la guerre - pas de temps à perdre. Se déshabiller aussi vite que possible, voilà ma devise, avant que ces pauvres diables ne soient tués. Un peu de plaisir rapide, puis au suivant. A la fin de la guerre, quand nous serons tous un peu plus vieux et plus sages – il sera temps de chercher un mari » (p.272).

Angela Huth imagine trois très jolis portraits de femmes libérées (ou en passe de l’être), modernes et courageuses, auxquelles on s’attache facilement. Il y a Ag, l’étudiante d’Oxford réservée, Stella, l’amoureuse languide et rêveuse et Prue, la coquette coiffeuse de Manchester, débordante de vitalité.

J’ai adoré cette histoire qui assume de prendre son temps, rythmée par les travaux agricoles saisonniers (le labour, la récolte des fruits du verger, la tonte, l’agnelage …). Cette importance laissée à la nature et aux paysages donne au roman un charme désuet, une mélodie particulière, qui font son originalité et dans lequel je me replongeai chaque jour avec un délice douillet.

« Ici, dans le Dorset, on avait vraiment des excuses si on ignorait qu’il y avait la guerre. La seule chose qui ne s’estompait jamais, à chaque heure de la journée et dans les rêves agités de la nuit, c’était la tension, l’attente constante d’un possible inconnu » (p.140)

Pourtant, Les filles de Hallows Farm n’est pas une chronique de la vie agricole pendant la seconde guerre mondiale mais une puissante histoire de désirs, d’amours et de frustrations. Comme c’est toujours le cas dans les romans de Angela Huth, il n’y a ni heurts ni cris, les sentiments et les instincts sont intériorisés et c’est la subtile psychologie intime de ses personnages qu’elle nous dévoile.

Pour conclure, Les filles de Hallows Farm est mon coups de coeur absolu de l’auteur. J’ai tout adoré dans cette chronique nostalgique d’une époque perdue (d’un paradis perdu ?) annoncée dès les premières pages. En plus, l'humour n'est pas absent ... 

Prendrai-je le risque d’être déçue en lisant la suite (Souviens-toi de Hallows Farm) sachant qu’il est centré uniquement sur Prue ? Certains d’entre vous l’ont-ils lu ? Et sinon, quel autre titre de Angela Huth me conseilleriez-vous ?

J’ai déjà lu Tendres Silences et La Vie rêvée de Virgina Fly.

A year in England 2


17 mars 2017

« Tu ne m’aimes pas. Rappelle-toi : l’amour n’existe pas entre Nihils et Primas »

entre chiens et loups

Entre chiens et loups (adapté du roman best-seller de Malorie Blackman)

John Aggs (dessinateur) / Ian Edginton (scénario)

MILAN (BD Kids) / novembre 2016 / 220 pages / 18,90 euros

Perséphone et Callum vivent dans une société inspirée de l’Apartheid sud-africain, mais inversé : les « primas » noirs de peau dirigent et les « nihils » les blancs, les servent. Perséphone est une prima, fille d’un ministre influent et Callum est un nihil, fils d’une domestique. Ils sont amis depuis l’enfance mais cette relation sera remise en cause à leur entrée au lycée, où Callum est accepté malgré sa couleur de peau. Perséphone et Callum vont, à leurs dépends, découvrir que l’amour entre nihil et prima est impossible et que le monde des adultes est injuste et cruel.

Comme c’était le cas pour le roman de Malorie Blackman, cette bande-dessinée est terriblement sombre et triste. Les personnages s’y embourbent dans des situations de plus en plus désespérées.

Ces 200 pages en noir et blanc évoquent successivement la ségrégation et le racisme, le suicide, les attentats et le terrorisme, l’alcoolisme et enfin la peine de mort. C’est beaucoup pour un seul volume dont la narration est parfois trop rapide (on peine à comprendre le revirement de certains personnages notamment lorsque que Callum rejoint la milice). En outre (c’était déjà le cas dans le roman), l’ensemble manque de nuance et verse dans la facilité et les extrêmes.

Pourquoi en parler ? Parce que malgré tout, c’est une histoire qui se lit d’une traite, prenante, une histoire d’amour complexe, aux dessins bouillonnants de vie (bien que parfois maladroits). Certains voient dans la fin une lueur d’espoir, moi pas. 

Posté par Mrs FIGG à 07:00 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

15 mars 2017

"Quand un homme a pris un verre sous votre toit et un fauteuil dans votre salon, vous êtes moins porté à le jeter dans un étang"

la 11ème plaie d'egypte

La onzième plaie d’Egypte de Elizabeth Peters

(5ème tome des aventures de Amelia Peabody)

Traduit de l’anglais : The Deeds of the Disturber

(1ère parution : 1988)

Le Livre de poche / 1999 / 440 pages

Après une saison égyptienne mouvementée (cf L’Ombre de Sethos), Amelia, Emerson et Ramsès rentrent à Londres pour permettre à Emerson de terminer son dernier traité d'égyptologie au calme. Las ! Amelia doit recueillir les enfants de son frère, Percy et Violet, ce qui n’est pas du tout au goût de Ramsès, 8 ans, turbulent, savant et drôle. En outre, une momie malfaisante semble sévir au British Museum. Un gardien de nuit est déjà mort. Cette aura de mystère ne fait qu’accroitre l'intérêt des visiteurs et des journalistes pour la momie de Dame Henuthmehit, datée de la XIXè dynastie.

Cette enquête emmène Amelia et Emerson, toujours aussi amoureux et caustiques, dans une fumerie d’opium et à Scotland Yard où ils devront collaborer avec l’inspecteur Cuff. Emerson y retrouvera également une ancienne conquête et Amelia va renouer avec Kevin O’Connell, le journaliste roux et naïf de La Malédiction des pharaons. Un nouveau personnage sympathique s’ajoute à la joyeuse troupe, Margaret Minton, journaliste impétueuse et rusée qui ressemble comme une sœur à Amelia.

Premier tome de la série à ne pas se passer en Egypte et sur un chantier de fouilles, La Onzième plaie d’Egypte n’en est pas moins périlleuse pour Amelia. Une fois n’est pas coutume, l’enquête est moins développée que les relations entre les différents personnages – tous savoureux.

Encore une fois, j’ai passé un excellent moment de lecture avec Elizabeth Peters, c’est drôle, mordant et facile à lire. Parfait pour se détendre. 

Posté par Mrs FIGG à 10:27 - - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

06 mars 2017

« Si le mal habite nos ennemis, gardons-nous de nous laisser entraîner à leur suite. »

Maudits

Maudits de Joyce Carol Oates

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) : The Accursed

POINTS / 2016 / 802 pages / 9,30 euros

Entre 1905 et 1906, une série de drames et d’évènements étranges frappent Princeton, le campus universitaire et la ville. Cette « Malédiction » nous est racontée par M.W. van Dyck II. Grâce à des archives et à des journaux intimes, cet historien retrace une histoire violente et extravagante, où se côtoient membres privilégiés de la bonne société, socialistes activistes et créatures inquiétantes. Pourquoi ce microcosme princetonien se met-il subitement à souffrir d'hallucinations et de pulsions meurtrières ?

70 ans après, M.W. van Dyck II tente de résoudre l’énigme : le Diable ou un vampire était-il responsable de cette folie ? Cette « malédiction » est-elle le témoignage du délitement d’une société profondément raciste, outrancièrement puritaine et misogyne, fondée sur l’exploitation des ouvriers et d’abattoirs inhumains ?

A travers cette dénonciation osée des origines du capitalisme américain, étudié à l’échelle de Princeton, Joyce Carol Oates a construit une histoire incroyablement dense, érudite et jouissive. Comme dans chacun de ses romans, elle évoque aussi les inégalités sociales et raciales qui pèsent sur l’Amérique du début du XXème siècle, exacerbées par les tabous religieux.

J’ai adoré être bousculée dans cette lecture à la narration particulièrement étrange et dérangeante. Et la fin est réellement magistrale.

En effet, Maudits est un roman dans lequel il faut accepter de « lâcher prise » et d’oublier la frontière entre fiction et réalité historique. Dans cette histoire de Princeton (qu’elle connaît si bien), Joyce Carol Oates perd volontairement ses lecteurs grâce à un abyssal jeux de faux semblants où elle mélange anecdotes authentiques, gloires locales, personnages littéraires (Jack London, Upton Sinclair) et personnages historiques (Woodrow Wilson, exalté et hypocondriaque) à une ‘petite’ histoire, inventée par elle. 

« Maudits étant, pour l’essentiel, une chronique des petits-enfants Slade, il semble pertinent pour l’historien de noter que Winslow Slade aimait ces enfants d’un amour farouche » (p.54)

Dans la lignée de sa « saga gothique » dont il est le 5ème opus, Maudits retrace l’histoire d’une famille hors-norme, teintée de réalisme merveilleux. Je n'oublierai pas de sitôt la naïve Annabel et son frère, le preux Josiah, ni leur petit cousin et sa partie d’échec au royaume des marécage. Ni le sulfureux journal d’Adélaide, l’invalide scandaleuse. Ni la pureté et le courage de Wilhelmina Burr pour gagner sa liberté de femme.

Maudits est un roman magistral, fascinant, perturbant. Pourquoi Joyce Carol Oates n’obtient-elle pas le Nobel ??

J’ai également lu Bellefleur ou La Légende de Bloodsmoor

20 février 2017

"Les Cotswolds avec leurs pittoresques villages de maisons en pierre dorée, leurs jolis jardins, leurs petites routes sinueuses"

La-quiche-fatale

Agatha Raisin enquête 1. La quiche fatale de M. C. Beaton

Traduit de l’anglais (The quiche of Death)

ALBIN MICHEL (2016) / 320 pages / 14 euros

Agatha Raisin, jeune retraitée londonienne hyperactive, réalise son rêve de s’installer au calme dans un cottage dans les Cotswolds. Pour tenter de s’intégrer, elle participe au concours de quiches local. Malheureusement, sa quiche empoisonne le juge du concours champêtre. Accident ? Meurtre ? Agatha, qui s’imagine déjà en justicière acclamée, enquête. A ses risques et périls, elle va découvrir que sous le charme idyllique du village de Carsely se cachent de vils secrets.

Ce premier tome (*d’une longue série*) propose une intrigue policière simple mais efficace qui n’est évidemment pas sans rappeler les enquêtes de Miss Marple … J’ai été agréablement surprise, l’enquête n’est pas anecdotique ni les solutions des divers énigmes, elle est réellement intéressante.

Le charme du roman réside néanmoins surtout dans sa galerie de personnages amusants et parfois antipathiques : la gouaille et la vulnérabilité d’Agatha, son ami Roy, arriviste exubérant à la sexualité ambiguë, l’adorable policier asiatique Bill Wong, le fringuant militaire retraité à la belle présentante, James Lacey … Ils sont tous savoureux et j’ai déjà hâte de les retrouver dans le tome suivant.

Enfin (et non des moindres), j’ai adoré la description bienveillante mais parfois acide de ce village des Cotswolds et de ses habitants, entre folklore bucolique assumé et dénonciation des clichés sur la campagne anglaise …

cotswolds-concierge-map

Pour conclure, j’hésitais vraiment à me lancer dans ce roman car à force de le voir partout, je craignais d’être déçue. Or, j’ai adoré ce petit grain de folie non dénué de mélancolie qui caractérise Agatha. Maintenant, moi aussi, je rêve des Cotswolds, de visiter Bath, le palais de Blenheim, le château de Warwick, la maison de natale de Shakespeare … C’est avec hâte et délice que je lirai la suite !

A year in England 2

Posté par Mrs FIGG à 19:12 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,


07 février 2017

« Virginia Fly se faisait violer, en esprit, en moyenne deux fois par semaine. »

la vie rêvée de virginia fly

La Vie rêvée de Virginia Fly de Angela Huth

Traduit de l’anglais (Virginia Fly is Drowning)

Editions La Table ronde (Quai Voltaire) / février 2017

300 pages / 21 euros

Virginia Fly, institutrice trentenaire, vit une existence sans fantaisie auprès de parents bienveillants mais étouffants. Sa vie sociale se résume à une correspondance avec un américain qu’elle n’a jamais rencontré et quelques sorties culturelles avec ‘le professeur’. Virginia est une cérébrale qui analyse sa virginité tardive avec lucidité. Lassée d’attendre un quelconque bouleversement, elle va tenter de saisir les opportunités qui s’offrent à elle de combler ses attentes …

Pour moi Virgina Fly est une énigme et une lecture complètement inattendue, sorte de roman d’initiation amoureuse et sexuelle.

Virginia pose un regard d’une étonnante acuité sur elle-même, son entourage et sa banlieue moyenne du Surrey. Pourtant, elle est naïve et passive en ce qui concerne sa vie amoureuse. Son principal souci étant, d’après moi, sa confusion entre sexualité et amour (qu’elle semble également confondre avec le mariage) que malheureusement pour elle, elle va découvrir en expérimentant.

Virginia rêve d’être « séduite » par un homme et fantasme une sorte de rapt amoureux plus ou moins consenti. Pour elle être « séduite » c’est avoir une relation sexuelle. Etrange vision de la part d’une amoureuse des livres d’autant plus, qu’évidemment, elle attire à Virginia de terribles mésaventures … Et inutile de dire que cette occurrence de « séduire » ne me plait pas. Pour moi, être « séduit » c’est découvrir une personnalité qui me donnera envie de me livrer à elle, c’est devenir sensible à son humour, à ses sentiments et à ses prises de position … Peut-être suis-je trop romantique ? Mais de romantisme, il n’y a pas dans ce roman dans lequel Virginia/Angela Huth décortique chacun de ses sentiments.

J’avoue ne pas savoir que penser de ce roman qui se veut malicieux (et qui l’est à certains égards) mais qui est également triste et désenchanté. Cette falote Virginia Fly a provoqué ma pitié par sa solitude et par ses choix, pas toujours judicieux, malgré l’humour acerbe qu’elle utilise pour dédramatiser ses déconvenues amoureuses.

Cette œuvre de jeunesse, un peu datée, (initialement publiée en 1972) n’a ni la densité ni la maturité des autres romans de Angela Huth (que j’adore) bien qu’on y découvre déjà une belle plume et une capacité à explorer la violence intime du quotidien.

Vous l’aurez compris, je n’ai pas vraiment apprécié ce roman, ce qui est dommage car c’était la première fois que j’acceptais un exemplaire presse (« La Table ronde » étant une prestigieuse maison d’édition dont les titres me tentent toujours beaucoup).

A year in England 2

Posté par Mrs FIGG à 08:32 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

01 février 2017

« Il y a un rat sous mon lit. Je l’entends gratter dans le noir »

le-grand-livre-connie-willis

Le Grand livre de Connie Willis

Traduit de l’anglais (Etats-Unis) : Doomsday Book

(Première publication en 1992)

J’ai Lu / réédition de janvier 2017 / 700 pages / 9 euros

En 2055, les historiens d’Oxford étudient le passé grâce aux voyages dans le temps. Le rêve de la jeune Kivrin Engle est de visiter le Moyen-âge, « une époque ravagée par les écrouelles et la peste, une période de l’Histoire où Jeanne d’Arc a péri sur le bûcher » (p.16). Malgré la dangerosité du projet et en dépit des avertissements du professeur Dunworthy, lui-même responsable du XXème siècle, Kivrin est envoyée en 1320. Elle y est recueille par une famille de nobliaux en exil. D’abord estomaquée par le manque d’hygiène et la malnutrition, Kivrin va bientôt s’attacher à l’espiègle Agnes et son ainée Rosemonde, au charismatique père Roche … Parallèlement, à notre époque, Oxford et son campus sont mis en quarantaine à cause d’une grippe inconnue.

J’attendais de lire ce premier opus du « Cycle temporel » de Connie Willis depuis longtemps (en fait, depuis ma lecture de Black-Out et de All-Clear).

« Le Moyen-âge est la fosse à purin de l’Histoire » (dixit Dunworthy, p.53)

Pour apprécier ce roman, il ne faut surtout pas s’agacer de cette assertion outrancière (voire méprisante) du professeur Dunworthy ni du fait que Connie Willis dessine un Moyen-âge très sombre, voire anxiogène.

C’est en ethnologue que Kivrin fouille le Moyen-âge. Elle n’y verra aucune cathédrale ou autre magnifique manifestation d’une époque pas si ténébreuse que ça. C’est la sphère familiale, intime, qui intéresse Kivrin/Connie Willis, la vie quotidienne des habitants du XIVème, leurs croyances, leurs sentiments face à la mort omniprésente …

Si j’ai apprécié cette reconstitution historique très dense (bien qu’on apprenne moins de choses que dans Black-Out ou All-Clear), j’ai toutefois été heurtée par certains passages, assez insoutenables et dramatiques. L’ombre mortifère de la peste noire plane sur le récit, exacerbant la tension provoquée par la désorientation spatio-temporelle de Kivrin ou la désorganisation sociale provoquée par l’épidémie de grippe.

Heureusement, les chapitres se déroulant en 2055, apportent un brin de légèreté et de rythme (de frénésie ?) par rapport à ceux concernant Kivrin, plutôt lents.

En effet, on y retrouve James Dunworthy qui tente de secourir son historienne mais qui doit gérer une quarantaine, des carillonneuses américaines, Noël et surtout, le petit-neveu d’une collègue nommé Colin … J’ai adoré cette première apparition de Colin, un gosse de 12 ans débrouillard et intrépide qui ponctue ses phrases par « apocalyptique » et « nécrotique » !! Je trouve que Connie Willis a décidément le ‘truc’ pour créer des personnages d’enfants attachants.

Pour conclure, même si Black-Out et All-Clear n’auront pas été égalés dans mon coeur, j’ai adoré en découvrir davantage sur Oxford et sur certains personnages présents dans les autres livres (Dunworthy, Colin, Badri Chaudhuri …). J’ai aussi été happée par les péripéties médiévales de Kivrin. Bref ! J’aime Connie Willis !

Black-Out

All-Clear

25 janvier 2017

« L’une des grandes vertus d’un mariage où les mots sont raréfiés tient à ce que les signaux sont acceptés et respectés »

tendres silences

Tendres silences de Angela Huth

Traduit de l’anglais : Easy Silence

GALLIMARD - FOLIO (2001) / 530 pages / 9,80 euros

Les Handle vivent dans la banlieue cossue de Londres. Couple uni de quinqua et parents d’un fils adulte, ils se côtoient selon une routine bien rodée. Tandis que William, violoniste dans un quatuor renommé, enchaine les concerts, son épouse Grace, illustre un herbier destiné aux enfants. Leur sérénité est bouleversée par l’arrivée de Bonnie, jeune altiste talentueuse, dont William – pourtant vieux-jeu et bourré de TOC, va tomber amoureux. De son côté, Grace materne un jeune et imprévisible voisin, Lucien. Vont-ils céder à la tentation d’une aventure amoureuse ? La violence, qui suinte du récit, va s’exprimer d’une manière bien inattendue …

Tendres silences est un roman sur le couple où l’action se situe principalement dans la sphère de l’intime.

Angela Huth propose une vision du mariage ambivalente et plutôt pessimiste, ancrée dans la réalité feutrée d’une vie de couple rassurante mais terne et sans vitalité. William et Grace vivent côte-à-côte et non avec l’autre. Leur amour semble remplacé par l’habitude et la dépendance mutuelle. Ce qui n’empêche pas William (le plus dépendant des deux) de fantasmer la mort de sa femme (d’après moi, les meilleures pages du roman, sidérantes). Pourtant, quand le drame annoncé frappe enfin, c’est à l'extérieur du couple, à sa marge, et il rapproche paradoxalement les époux.

Tendres silences est un bon roman que certains pourraient trouver lent ou ennuyant.

Personnellement, j’ai apprécié la place laissée à l’introspection de ces quinquas cultivés et à l’expression minutieuse de leur évolution psychologique. Il n’y a rien de démonstratif dans ce récit, pas de bruit ni de fureur mais un certain humour désuet et une angoisse latente qui font que je ne pense pas l’oublier de sitôt …  

A year in England 2

Posté par Mrs FIGG à 10:25 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18 janvier 2017

« Ils disent que ça fait saigner les yeux »

 la-maison-des-mortsLa Maison des morts de Sarah Pinborough

Traduit de l’anglais : The Death House

Milady (2016) / 384 pages / 16,90 euros

La Maison des morts est un plaisir totalement inattendu, caché sous une couverture tape-à-l’oeil, gothico-brillante.

Dans un manoir lugubre, reconverti en pensionnat-hôpital, une poignée d’adolescents vivent reclus. Ils ont été arrachés à leurs familles car « porteurs actifs du gène Déficient ». Ils se savent condamnés et aux premiers symptômes de maladie, ils disparaissent dans le sanatorium dont personne ne ressort jamais. Le personnel du pensionnat, infirmières et professeurs font régner l’individualisme et la vacuité parmi les enfants qui passent leurs journées abasourdis par des somnifères. Heureusement, dans le dortoir 4, Toby le râleur, Ashley le fou de Dieu, Will l’enfant et Louis le surdoué se serrent les coudes. Leur quotidien est transformé par l’arrivée de nouveaux pensionnaires dont la rebelle Clara.

La Maison des Morts est un roman à la croisée de différents genres littéraires, qu’il faut découvrir par soi-même.

On peut être surpris (voire déçu) du parti pris de l’auteur, Sarah Pinborough, de situer son histoire dans un quasi huit-clos plutôt intemporel et de n’apporter aucune réponse aux questions que les lecteurs (et les enfants malades) se posent. Au lieu de cela, l’histoire se focalise sur les relations entre les jeunes pensionnaires. Evidemment les thèmes de l’amitié, de la rivalité et d’un amour impossible ne sont pas particulièrement originaux mais n’en restent pas moins joliment traités ici.

En outre, dans le microcosme du manoir se tissent des liens et se vivent des situations exacerbés par le drame. Les enfants sont des vivants en sursis mais leur mort n’est pas une fatalité quand ils décident de choisir comment vivre. J’ai trouvé cette réflexion autour de la mort ni moralisatrice, ni pathétique, assez intéressante.

Rarement un livre YA m’aura évoqué autant d’autres titres et tous assez dissemblables : Celle qui a tous les dons de M.R. Carey et Nos étoiles contraires (cités pour la quatrième de couv’) mais aussi la trilogie Meto de Yves Grevet ou Auprès de moi toujours de Kazuo Ishiguro.

Pour conclure, La Maison des morts est un roman simple et mystérieux pour se faire peur, pour pleurer, pour vivre des émotions fortes … Et il serait vraiment dommage de passer à côté juste parce qu’il s’agit d’un livre estampillé « Young Adlut ».

A year in England 2

Posté par Mrs FIGG à 15:52 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14 décembre 2016

« Un golem est une bête de somme, un esclave ma dégrossi et incapable de réflechir »

le golem et le djinn

Le Golem et le Djinn de Helene Wecker

Traduit de l'anglais (Etats-Unis) : The Golem and the Jinni

BRAGELONNE / 2016 / 524 pages / 28 euros

1899, Manhattan.

Parmi les exilés et étrangers qui peuplent le Nouveau Monde, nous découvrons le destin de deux créatures magiques : Chava, la golem, la femme d'argile créée pour se soumettre aux désirs des humains et Ahmad, le djinn de feu, partiellement libéré du sortilège qui l'emprisonnait depuis des siècles. Inadaptés à une existence humaine dont ils ne connaissent ni ne comprennent les codes et qui les oblige à cacher leurs vraies natures par peur de déclencher l'effroi, ils vivent solitaires et tourmentés … jusqu'à ce qu'ils se rencontrent enfin.

A son arrivée en Amérique, Chava est recueillie par le vieux Rabbi Meyer qui l'aide à contrôler sa force phénoménale et à devenir boulangère tandis qu'Ahmad vit avec un artisan oriental chrétien nommé Arbeely. Si Chava, raisonnable et pragmatique, est terrorisée par les humains, Ahmad, arrogant et insoumis, parcourt chaque nuit la ville et séduit les riches héritières.

Malheureusement, ces existences 'tranquilles' vont être bouleversées par l'arrivée de Pologne d'un dangereux rabbin corrompu et adepte des sciences occultes

Le Golem et le Djinn est un roman dense qui fait voyager le lecteur de la Pologne en Amérique en passant par la Syrie du VIIème, et navigue entre roman historique et fantastique. Et non dénué d'humour.

« Incapable de supporter davantage la longue succession de nuits pluvieuses, le djinn capitula et fit ce qu'il s'était promis de ne pas faire : il acheta un parapluie » (p.179).

L'originalité de Helene Wecher est de contextualiser son histoire dans les communautés juives et orientales chrétiennes (maronites) de New-York dont elle raconte avec beaucoup de détails les modes de vie et les légendes.

Face à cette originalité, la narration est malheureusement un peu plate et manque de tension/de dynamisme, de surprise dans les 200 premières pages. En effet, même si l'action est présente, l'auteur s’intéresse surtout à la psychologique de ses créatures. A travers celles-ci, elle évoque de beaux thèmes : la servitude et le libre-arbitre, la possibilité de concilier une nature surnaturelle et une existence 'normale' pour se fondre dans le moule social (ou pas) …

Un roman réussi, un plaisir de lecture presque de saison (la plus grande partie de l'intrigue se déroule en hiver, à New-York) … 

Posté par Mrs FIGG à 10:44 - - Commentaires [3] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

07 décembre 2016

« Lorsque le téléphone sonna à dix heures et demi un dimanche soir, il en savait bien sûr la raison. »

La terre des mensongesLa terre des mensonges de Anne B. Ragde

Traduit du norvégien (Berlinerpoplene)

Éditions 10/18 (Domaine étranger) / 2012 / 350 pages / 8,40 euros

Norvège, Trondheim, quelques jours avant Noël. Les 3 frères Neshov se retrouvent au chevet de leur mère mourante, après des années d'absence. On comprend rapidement qu'il s'agit d'une famille dysfonctionnelle et d'une mère tyrannique qui cache un secret lesquels ont bousillés les trois garçons.

C'est la psychologie de cette famille et ses interactions après tant d'années d'éloignement qui intéressent Anne B. Radge. Elle décrit ses personnages avec précision et affection, ce qui permet au lecteur d'éprouver une immense empathie envers ces adultes brisés

L’aîné, Tor, est resté dans la ferme familiale délabrée et hantée par les rancœurs du passé. Éleveur de cochons, soumis à sa mère, il n'a pas élevé sa fille, Torum maintenant adulte. Margido, est un homme solitaire, timide, chrétien fervent et employé de pompes funèbres consciencieux qui vient de gérer le suicide brutal d'un ado. Erland, le cadet, vit en exil à Copenhague depuis 20 ans, depuis que son homosexualité a été rejetée par sa famille. C'est un homme exubérant, qui cache sa vulnérabilité derrière un appétit de vivre insatiable mais autodestructeur. Son compagnon, Krumme, ne sait rien de son enfance. Leurs trois destinées d'adultes basculent à la suite d'un appel téléphonique qui fait revivre le passé.

Étrangement, alors qu'ils sont réunis pour un enterrement, c'est une renaissance qui apparaît entre les lignes. Symboliquement d'abord, c'est la ferme familiale qui reprend vie après un long abandon. Ensuite, c'est la fratrie (avec l'apparition inattendue d'une nièce médiatrice) qui, bien qu'aux antipodes les uns des autres, semble se ressouder. Malheureusement, la révélation finale (que j'avais devinée) remet ce fragile équilibre, cette trêve festive, en cause.

La Terre des mensonges est le premier tome d'une trilogie (suivie de La Ferme des Neshov et L'Héritage impossible). Malgré le contexte polaire et potentiellement enchanté/féerique (*ça c'est un de mes préjugés idiots dès que je lis de la littérature scandinave !*), c'est une chronique familiale ultra réaliste et dépouillée.

J'ai rarement lu ce genre si particulier de texte et même si j'ai adoré les personnages et que j'ai dévoré ce premier tome, j'ignore encore si je serais tentée par la suite … 

06 décembre 2016

" De Cape et des Mots "

de cape et de mots

De cape et de mots de Flore Vesco

DIDIER jeunesse (2015) / 192 pages / 14,20 euros

Voilà un très bon titre jeunesse, découvert dans la sélection du Prix des Incorruptibles auquel je participe avec les élèves.

Serine est une jeune comtesse désargentée. A la mort de son père, pour subvenir aux besoins de ses six petits frères, elle décide d'aller tenter sa chance à la cour du roi Léo III. Malgré ses haillons, sa méconnaissance totale des usages et sa naïveté, elle devient dame de compagnie de la Reine, une femme capricieuse et frivole. Malheureusement, Serine ne fait pas le poids face aux jalousies et hypocrisies courtisanes. Après une humiliation de trop et parce qu'elle découvre un complot, Serine décide de se travestir en bouffon irrévérencieux et insolent pour sauver sa vie … et se venger des outrages subis !

J'ai adoré cette histoire que traverse un petit grain de folie et qui mélange l'intemporalité des contes de fée traditionnels à la démesure et aux frasques de la cour de Marie-Antoinette vue par Sofia Coppola …

J'ai également adoré le décalage entre l'illettrisme de l'héroïne et un roman qui célèbre la langue française à travers un tourbillon de jeux de mots, de charades, calembours, rimes, joutes verbales … et la richesse d'un vocabulaire oublié depuis longtemps.

Même si Serine et les autres personnages manquent un peu de « gras », de consistance, De cape et de mots n'est pas un plat exercice de style comme on pourrait le craindre. C'est un roman historique amusant, parodique (on songe forcément à la cour de Louis XIV) et farfelu que j'ai eu du mal à lâcher. Et qui m'a évoqué La Passe-miroir de Christelle Davos.

Une chouette distraction pour les adultes également.

Posté par Mrs FIGG à 19:04 - - Commentaires [7] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30 novembre 2016

« Mrs Muir était petite. Tout le monde en convenait »

mrs muir (libretto)

Le Fantôme et Mrs Muir de R. A. Dick

Traduit de l'anglais (The Ghost and Mrs Muir)

LIBRETTO / novembre 2016 / 195 pages / 8,70 euros

L'Aventure de Mme Muir de Joseph Mankiewicz (1947) est un film merveilleux, parmi mes préférés. Aussi je me réjouis que le roman dont il est adapté soit ENFIN réédité … Le Fantôme et Mrs Muir est publié pour la première fois en 1945. R. A. Dick est le pseudonyme d'une romancière anglaise nommée Joséphine Aimee Campbell Leslie (1895-1979).

Lucy Muir, veuve depuis peu, loue les « Mouettes », une villa isolée d'une station balnéaire anglaise, apparemment hantée par le fantôme d'un marin, le capitaine Gregg, qui se serait suicidé dans la maison … Mais Lucy, aucunement effrayée par la voix tonitruante et le vocabulaire fleuri du vieux loup-de-mer, emménage et exige du capitaine qu'il n'apparaisse pas à ses enfants, Cyril et Anna. Le capitaine accepte et leur cohabitation commence.

Malgré l'alibi surnaturel, l'histoire se focalise autour de la psychologie de Lucy, frêle et réservée mais farouchement indépendante et obstinée quand il s'agit de défendre sa liberté. Pourtant, Lucy n'est pas une rebelle ni une aventurière. Elle aspire à mener une existence simple et paisible. C'est l'impression d'une douce intemporalité, une extrême normalité, juste heurtée par quelques heurts inévitables, qui ressort de la vie de Lucy.

La « perturbation » est à la marge, dans l'intime de Lucy, sans sa chambre … ou dans son inconscient ?

madame-muir_g

Le fantôme n'est-il pas une création psychique de Lucy afin de l'aider à combattre la solitude et la pression sociale ? Pour la rendre plus forte ? « Elle avait lu que les femmes qui approchaient d'un certain âge, lorsqu'elle vivent seules, deviennent parfois des créatures bizarres dont le cerveau peur enfanter les rêves les plus extravagants. Elle ne se rassurait qu'en songeant […] que jamais, au grand jamais, elle n'eût été capable d'inventer un personnage aussi étrange que le capitaine Gregg » (p.52). Laisser le doute subsister apporte évidemment davantage de densité au récit …

C'est également une histoire d'amour impossible et romantique entre deux personnes que tout oppose. Lucy est vivante ; Gregg est mort. Elle mène une vie étriquée ; c'est un baroudeur aventureux. Avec malice et affection, R. A. Dick décrit leur relation où ils bousculent chacun les croyances de l'autre. (*spoiler*) Même si je m'y attendais car je connais le film, la fin est très émouvante lorsque l'on comprend que le capitaine a attendu Lucy toute sa vie. 

Pour conclure, je pense que j'aime autant le roman que le film.

A year in England 2

28 novembre 2016

En même temps, et sous le même toit, réussir à toucher le cœur de deux hommes qui, ni l'un ni l'autre, n'étaient libres d'aimer

lady susan

Lady Susan de Jane Austen

Première publication : 1794

Gallimard (Folio 2 €) / 2016 / 116 pages

Veuve depuis peu, Lady Susan quitte précipitamment Langford où vivent les Manwaring après un début de scandale. Désargentée, Susan n'a d'autre choix que de trouver refuge chez sa belle-famille qu'elle méprise, les Vernon de Churchill. Précédée de sa sulfureuse renommée, Susan est vertement (mais poliment) reçue par sa belle-sœur, Catherine, elle-même épouse raisonnable du fade Charles. Au grand dam de Catherine, Susan envoûte son frère, le jeune, riche et beau Reginald. Reginald va-t-il épouser Susan, de douze ans son aînée ? Et Susan va-t-elle trouver un époux à Frederica, sa timide fille de 16 ans ? 

Lady Susan est une courte mais jouissive et acide nouvelle épistolaire, une œuvre de jeunesse de Jane Austen. L'échange de courrier privé entre les différents protagonistes permet de mettre malicieusement à jour les hypocrisies, les duplicités et les faiblesses de caractère de chacun sous un vernis d'exquise politesse … La pire étant évidemment Lady Susan !

En effet, Lady Susan n'est pas une héroïne « austinienne » habituelle. C'est une intrigante, mesquine et profiteuse, imbue d'elle-même et franchement cruelle avec sa fille qu'elle veut forcer à épouser un homme riche mais sot, qu'elle-même n'accepterait jamais. A la fin évidemment, la morale est sauve (*mais je me garderais d'en dire davantage*).

Pour conclure, c'est une lecture courte mais amusante. Et je n'ai même pas réussi à détester ce personnage de peste inventé par Jane Austen !

A year in England 2

Posté par Mrs FIGG à 19:39 - - Commentaires [8] - Permalien [#]
Tags : , , ,

24 novembre 2016

« On dit souvent des vieilles demeures qu'elles ont une âme »

les fiancés de l'hiverLa Passe-Miroir 1.

Les Fiancés de l'hiver de Christelle Dabos

GALLIMARD jeunesse (2015) / 517 pages / 18 euros

Ophélie vit dans un monde magique reposant sur le matriarcat et le respect de la généalogie et des ancêtres. C'est une jeune femme maladroite et timide qui possède le don de lire le passé des objets inanimés et de se déplacer à travers les miroirs. Elle est fiancée de force à un homme du Nord, un inconnu nommé Thorn, qui dévoile rapidement une personnalité brutale et torturée. Pour honorer ce mariage arrangé, Ophélie est obligée de quitter sa province natale tranquille pour aller vivre chez son futur époux. Elle va découvrir un monde d'illusions sulfureux, de complots et de traîtrises et que nombreux sont les ennemis qui souhaitent empêcher son mariage. Pour sauver sa vie et sa vertu, Ophélie devra changer d'identité et se trouver des alliés de confiance.

J'ai beaucoup aimé ce premier tome.

L'ambiance et le monde magique inventés par Christelle Dabos sont intéressants même si personnellement, j'ai trouvé l'univers de la Citacielle trop oppressant et malsain (impression renforcée par le mutisme forcé d'Ophélie pendant ces passages). J'avais (j'ai) hâte de retrouver l'ambiance froide et neigeuse du Pôle, à peine aperçue jusqu'ici. Du coup, j'ai trouvé quelques longueurs pendant l'immersion en « sous-marin » d'Ophélie dans la grande ville des illusions. Mais lorsque l'action est (enfin) relancée, j'ai été happée.

Le point fort du récit est évidemment l'antagonisme amoureux entre Ophélie et Thorn. Le principe des opposés fonctionne plutôt bien : la petite lectrice insignifiante et maladive VERSUS l'homme de pouvoir, le dragon musclé au visage orné de cicatrices. Tellement prometteur et réjouissant ! Facile de s'identifier à Ophélie, sa maladresse, son filet de voix, son éternel rhume et son écharpe fétiche (j'avais même l'impression – peut-être erronée ? – d'y apercevoir certains traits de caractère de l'auteur …). Derrière ses imperfections, se cache une femme droite et intelligente qui ne tarde pas à séduire (contre son gré) Thorn. Bref, un joli personnage projeté dans un monde brutal qui n'est pas le sien et où les faux-semblants sont de rigueur.

J'achève ma lecture avec énormément de questions (*spoilers*) :

Thorn a-t-il réellement accepté ce mariage pour s’approprier le don de lire ?

Pourquoi le livre des ancêtres est-il si important ? Et Farouk ?

La montre à gousset de Thorn cache-t-elle quelque chose ?

La famille animiste de Ophélie va-t-elle vraiment débarquer à Claidelune ?

Comment va se passer l'introduction de Ophélie en cour ?

Va-t-elle revoir Gaëlle, Renard, Pistache … ?

10 novembre 2016

« C'était une petite maison, simple comme un dessin d'enfant et plus ancienne que la nation de Scully »

la femme égarée

La Femme égarée de Tim Winton

Traduit de l'anglais (Australie) : The Riders

Rivages poche (Bibliothèque étrangère) / 1999 / 448 pages / 7,90 euros

1987. Une famille australienne décide, sur un coup de tête, de s'installer en Irlande et achète une bicoque décrépite et isolée, à l'ombre d'un château hanté en ruine, dans le comté d'Offaly. Scully, le père de famille, ex-baroudeur casé depuis la naissance de la petite Billie, 7 ans, retape la maison. Son épouse Jennifer et Billie repartent en Australie liquider leur ancienne vie. Mais le jour où elles doivent le rejoindre en Irlande, seule Billie est présente à l'aéroport : Jennifer a disparu, sans explication ni trace, et Billie, traumatisée, est devenue mutique. Fou d'amour, de colère et d'inquiétude, Scully se lance à la recherche de sa femme, à travers l'Europe.

La Femme égarée est un mauvais titre. Le titre original, The Riders, est davantage conforme au contenu du livre. En effet, La Femme égarée aurait pu être un thriller classique ; l'histoire du pauvre type qui découvre que sa femme n'est pas celle qu'il croyait. Or c'est le cheminement psychologique de l'époux qui est développé. De sa femme, on ne saura finalement presque rien. 

Le personnage principal, anti-héros (un peu trop) revendiqué par l'auteur, m'a inspiré autant de pitié que d'agacement. Scully est un brave type mais pas très malin, un peu rustre, trop amoureux, qui traîne sa pauvre gosse à travers l'Europe, en enchaînant les galères de plus en plus sordides pour courir après une chimère. L'auteur s'interroge : Peut-on aimer trop ? Connaît-on vraiment ceux qu'on aime ? Pourquoi pas …

Je suis un peu partagée. Je n'ai ressenti aucune empathie ni sympathie pour le personnage masculin d'autant que l'auteur insiste trop sur son caractère rustre/pataud et dévoué. Quant aux personnages féminins, ce sont toutes des perverses à moitié folles … Pourtant, malgré ces bémols et des longueurs narratives, j'ai terminé ma lecture sans trop me forcer. J'ai notamment apprécié la restitution réussie de l'ambiance des lieux visités par Scully et Billie (campagne irlandaise, petits ports des îles grecques, Paris, Amsterdam …).

Un livre impossible à faire entrer dans une case pour lequel il faudra vous faire votre propre avis …

Posté par Mrs FIGG à 19:49 - - Commentaires [4] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

07 novembre 2016

« Que valaient ces rêves stériles et creux maintenant qu'elle avait découvert le secret passionné de son âme ? »

mary barton

Mary Barton de Elizabeth Gaskell

Traduit de l'anglais

Première publication : 1848

POINTS (Grands romans) / 591 pages / 8,40 euros

John Barton, délégué syndical et chartiste, tisseur dans une usine de Manchester, élève seul sa fille, Mary, depuis le décès de sa femme. Mary, jolie cousette de 17-18 ans, est plutôt vaniteuse et insouciante. Aiguillonnée par le désir d'échapper à la misère de son milieu social, elle dédaigne l'amour de son ami d'enfance, Jem Wilson, pourtant fidèle, courageux (ses prouesses lors de l'incendie de l'usine en témoignent) et bon ouvrier. Au contraire, Mary est flattée (plus que véritablement séduite) par les attentions que lui porte l'élégant Harry Carson, fils du patron d'une filature. Quel choix fera Mary ? L'intérêt de Mr Carson est-il sincère ou va-t-il déshonorer Mary ?

Cette histoire d'amour permet à Elizabeth Gaskell de décrire avec précision et lucidité le quotidien d'ouvriers pauvres d'une « ville noire », Manchester (mais ça pourrait être Birmingham ...), dans les années 1830-40, caractérisé par la surpopulation et une grande insalubrité. Elizabeth Gaskell relate des anecdotes absolument insoutenables sur ces familles d'ouvriers (la mort des jumeaux Wilson, la tragédie de la famille Davenport …) et pointe leurs conditions de travail inhumaines, les salaires de famine, l'emploi des jeunes enfants dès 5 ans, les journées de 12 à 16h, les logements insalubres …

Comme dans Nord et Sud, le sujet d'Elizabeth Gaskell est la place de l'amour dans une société divisée entre patronat et employés. Mais Mary Barton est un roman plus âpre, presque du Zola ou du Dickens (lequel loua d'ailleurs cet ouvrage et invita Elizabeth Gaskell à collaborer à son journal, Household Worlds).

Pour autant, cet aspect social ne se fait pas au détriment des personnages et de l'intrigue qui ne cesse de rebondir. En effet, les tergiversations amoureuses du trio Mary/Jem/Harry sont interrompues de la plus inattendue et définitive des manières et la narration s'emballe subitement. Mary tente de sauver xxxxx d'une exécution publique et paye de sa personne. Son caractère se forge et son courage se dévoile.

Outre Mary, les autres personnages possèdent sans conteste une profondeur et sont torturés par des dilemmes moraux qui les conduisent jusqu'aux portes de la folie ou du crime. Aucun n'est fondamentalement mauvais ou bon. Ainsi, John Barton, le père de famille ravagé par l'injustice sociale qu'il observe (et subit) depuis de trop longues années, distille dans le roman des phrases bien senties :

« Je préférerais voir [ma gamine] gagner son pain à la sueur de son front, comme la Bible l'ordonne – oui, quitte à ce qu'elle ait pas de beurre à mettre sur son pain -, plutôt que d'être une de ces femmes qui se tournent les pouces, font enrager les vendeurs toute la matinée dans les magasins, s'égosillent au piano tout l'après-midi et vont au lit sans avoir fait le moindre bien à une créature de Dieu sauf à elles-mêmes » (p.30)

La tante de Mary, Esther, est aussi un personnage intéressant : la prostituée qui veille dans l'ombre à la vertu de sa jeune nièce orpheline de mère. A la marge, le duo solaire de Bob Leigh tisseur et naturaliste/botaniste amateur et sa petite-fille aveugle, sage et mesurée, Margaret, met du baume au cœur des personnages et des lecteurs.

Pour conclure, j'ai énormément aimé cette chronique d'une ville industrielle de l'Angleterre victorienne. Elizabeth Gaskell y mêle avec virtuosité histoire d'amour et dénonciation de l'injustice sociale. Et qu'on ne vienne pas me dire qu'il ne se passe rien dans les romans victoriens ! Elizabeth Gaskell enchaîne : incendie ravageur, harcèlement d'une jeune fille, assassinat, grèves d'ouvriers, morts de faim/misère, procès, course-poursuite en bateau, émigration au Canada … Un roman passionnant, émouvant et édifiant !

01 novembre 2016

« Nous étions si occupés à réécrire notre propre passé que nous avons saccagé leurs présents »

HP8Harry Potter et l'Enfant maudit J.K. Rowling, John Tiffany et Jack Thorne

Traduit de l'anglais par Jean-François Ménard (HP and the Cursed Child)

GALLIMARD / octobre 2016 / 340 pages / 21 euros

(*forcément quelques spoilers dans mon billet, mais peu*)

22 ans après la fin d'Harry Potter et les reliques de la mort, on retrouve Harry, Hermione, Ron, Ginny et Malefoy qui sont devenus des quadras débordés par leurs boulots respectifs et par l'éducation de leurs adolescents. En effet, Albus, le cadet des Potter, et Scorpius Malefoy sont des enfants qui pâtissent de la réputation de leurs parents et qui, contre toute attente, deviennent amis. Malheureusement, de nouveaux signes d'activités des forces du Mal sont observés … Et évidemment, Albus et Scorpius vont tenter d'y remédier en jouant avec le temps. Et les auteurs de jouer avec les "et si ?" : "que se serait-il passé si ... ?"

Passée l'étrangeté de lire HP sous forme de dialogues, quelle ne fut pas ma surprise de découvrir que l'action et les rebondissement ne manquent pas. J'ai même fini ma lecture avec une impression de « trop » : trop vite, trop de voyages dans le temps, trop de personnages … au détriment de moment de calme et de communication. Un comble pour une pièce de théâtre. En revanche, je comprends mieux pourquoi l'adaptation dure 5 heures !

Quant à l'histoire, je ne sais toujours pas quoi en penser.

J'ai trouvé peu crédible que Harry, avec son passé d'orphelin maltraité, soit un père aussi navrant. Il va jusqu'à avouer à Albus « qu'il y a des moments où j'aimerais mieux que tu ne sois pas mon fils » (p.52) … Cette relation conflictuelle, pour moi c'est un cocktail d'incrédulité, de tristesse et de 'pas envie de lire ça'. Pour les autres (Ron, Ginny, Herm, Draco, Minerva …) ils m'ont semblé de simples caricatures des enfants/adultes qu'ils étaient déjà.

En revanche, l'amitié entre les jeunes Albus et Scorpius est mignonne (malgré les sous-entendus homoérotiques de cette relation que apparemment, je suis la seule à percevoir, et qui me semblent surtout faits pour séduire un certain public adeptes de fanfiction – dont je fais parfois partie). Le Potter Serpentard et le Malefoy attachant, ça me plaît. Malheureusement, cette amitié n'est pas réellement exploitée (4 ans de Poudlard en 3 scènes !).

Enfin, l'intrigue (et l'identité du/des méchants) est aussi fine qu'une feuille de papier bible et je pense que tout lecteur aguerri devinera le dénouement largement avant la fin de la pièce … Etrangement aussi, la magie (celle des sorciers) est peu présente dans cette histoire - en dehors de gadgets magiques comme le Retrouneur de temps. Clairement, l'accent est mis sur la relation entre Potter / Malefoy et leurs fistons. Des relations de pères à leurs progénitures complexes, parfois troubles mais (heureusement) aimantes.

Il m'a fallu une journée de vacances pour dévorer cette pseudo-suite. Si je n'ai pas été déçue, c'est parce que je n'en attendais rien. Et malgré tout, j'ai trouvé ça plutôt mauvais … à lire. Mais j'adorerais la voir sur scène.

A year in England 2

31 octobre 2016

« La première chose que je vis d'elle fut sa cheville, délicate, nerveuse, qu'enserrait la bride d'une sandale bleue »

le dernier des notres

Le dernier des nôtres de Adélaïde de Clermont-Tonnerre

GRASSET / août 2016 / 488 pages / 22 euros

Werner Zilch, jeune entrepreneur et architecte américain est un coureur de jupons (voire misogyne et globalement antipathique). Enfant, il fut adopté par un couple de la classe moyenne. Son ambition dévorante et son amour fou pour la richissime Rebecca Lynch vont, de manière inattendue, faire ressurgir le récit de ses origines biologiques dont il ignore tout.

Cette histoire d'un self made man new-yorkais dans les années 60–70 se mélange avec le récit de ses origines familiales tragiques et sulfureuses, dans l'Allemagne pendant la guerre et l'immédiate après-guerre.

En effet (*spoiler*), les parents de Werner étaient des familiers du SS Werhner Von Braun, ingénieur et père des missiles V2. Adélaïde de Clermont-Tonnerre utilise une page méconnue (et contestable) de l'histoire américaine : l'opération « Paperclip » consistant à récupérer les savants et techniciens de l'industrie de guerre nazie pour les besoins des armées américaines (et pour éviter qu'ils ne tombent aux mains des soviétiques) en « supprimant » leur passé meurtrier. Ainsi le nazi Werhner Von Braum est apparemment devenu un savant américain reconnu et adulé pour ses travaux sur le voyage dans l'espace.

Si cet élément historique m'a indéniablement intéressé, dans l'ensemble, ce roman m'a agacé : narration pompeuse, name dropping (la Factory et Warhol, Donald Trump !! …), impression générale de superficialité … En outre, je n'aime pas l'idée qu'un enfant doive se justifier des actes commis par ses parents.

Pourtant j'ai achevé ma lecture car je tenais à savoir qui sont « les nôtres » du titre et pourquoi la romance entre Werner et Rebecca est « une histoire d'amour interdite au temps où tout était permis » (comme l'annonce le sous-titre). J'aurai pu m'abstenir : je n'ai pas cru à cette romance mièvre, le happy-end final est rocambolesque, les allers/retours entre le présent et le passé sont mal fichus et l'élément historique (l'opération Paperclip) est finalement peu développé … Bref, je n'ai pas aimé !

20 octobre 2016

Eilis imagina les années à venir, où ces paroles auraient de moins en moins de sens pour l'homme auquel elles étaient destinées

brooklyn

Brooklyn de Colm Toibin

Traduit de l'anglais (Irlande)

Éditions 10/18 (2016) / 331 pages / 8,10 euros

La jeune irlandaise Eilis quitte sa ville natale d'Enniscorthy, sa mère et sa sœur, pour occuper un emploi de vendeuse à New York. Naïve et seule, Eilis porte un regard craintif sur l'Amérique des années 50 et sur l'émigration (souvent subie) de milliers d'irlandais, juifs, italiens, norvégiens … Malgré tout, grâce à ses cours du soir et à une certaine rencontre, Eilis va découvrir qu'un avenir loin de son Irlande natale lui est envisageable …

Ce portrait en demi-teinte d'une jeune femme partagée entre la liberté anonyme du nouveau monde et son village où tout lui est familier est conforme à l'époque, à la condition et à l'éducation d'Eilis. C'est pourquoi, je ne me suis pas agacée de sa passivité et de son acceptation systématique d'un quotidien et de plaisirs placés sous la surveillance bienveillante de la paroisse (parfois étouffante) qui ne l'empêchent d'ailleurs pas de s'épanouir (timidement et probablement pas complètement certes).

Surtout, ce sont certains passages, décrits avec une minutie de détails qui fourmillent de vie et d'authenticité désuète qui m'ont séduite : la traversée transatlantique en 3ème classe (avec la tempête et le mal de mer d'Eilis), son mal du pays presque physique, le Noël à la salle paroissiale pour les indigents irlandais, le bal du vendredi soir (à la salle paroissiale), les bains de mer …

brooklyn-bannière

Bien que (encore une fois) la quatrième de couv' en dévoile trop sur l'histoire et que cela gâche un peu la surprise du lecteur, j'ai aimé cette histoire simple et le beau talent de conteur de Colm Toibin. J'ai maintenant envie de lire Nora Webster dont il est d'ailleurs fait mention dans Brooklyn.

Posté par Mrs FIGG à 10:05 - - Commentaires [6] - Permalien [#]
Tags : , , , ,