9782848761695Petite soeur, mon amour de Joyce Carol Oates

Chez Philippe REY / octobre 2010

666 pages / 24 euros


Librement inspiré d'un fait divers qui défraya la chronique aux Etats-Unis (une Mini Miss de beauté assassinée dans la maison familiale et dont le meurtre ne fut jamais élucidé), JCO livre ici un de ses meilleurs romans, dans la lignée de Nous étions les Mulvaney ou encore Les Vagues.

Skyler est âgé de 7 ans lorsque Bliss, sa petite sœur championne de patinage artistique amateur des années 90, est assassinée. Pour diverses raisons (qui seront dévoilées progressivement), jeune adulte névrosé et quasi SDF, il décide d'écrire l'histoire de Bliss et de leur enfance.

A travers les yeux d'un enfant malheureux et en mal-être, c'est une formidable critique de la société américaine que nous livre JCO qui prend, parfois, des allures de documentaire ethnologique.

Les parents de Bliss et Skyler, nouveaux riches en quête (assoiffée !) de reconnaissance sociale, évoluent dans un milieu où le rapport à l'argent est décomplexé, où les apparences sont primordiales et où les enfants sont soumis à une pression ahurissante qui s'apparente d'ailleurs à de la maltraitance psychologique (par exemple, l'entêtement du père de Skyler à vouloir faire du son fils un athlète).

Dès lors, on comprend pourquoi Skyler est si perturbé et pourquoi Bliss, cette petite fille de 4 ans pourtant championne, est quasi mutique, sujette à des colères démesurées et incontinente.

La peine que l'on ressent pour ces 2 enfants maltraités, n'a d'égal que l'agacement causée par la vulgarité de leurs parents. Vulgarité primaire d'un père riche mais mal dégrossi, macho au possible et qui ne cache pas ses conquêtes. Vulgarité d'une mère qui utilise ses enfants pour servir ses prétentions sociales au détriment même de leur sécurité.

Et pourtant, parfois, on est touché par l'amour de ce père pour ses enfants, on comprend qu'ils tient à eux, malgré son incapacité à les rendre heureux …

Le livre de JCO va plus loin que l'enquête réelle autour du meurtre de la Mini Miss de beauté et répond aux questions : on devine qui est l'assassin en court de lecture et pourtant … la fin est phénoménale, qui nous apparent que son crime est encore pire que celui que l'on connait déjà …

Bref, voici un roman fort dont l'écriture hachée, parlée (on lit le journal de Skyler) permet de plonger dans une histoire horrible, révoltante mais où l'amour, l'humanité est toujours présente (il suffit de gratter un peu le vernis des apparences).