book_cover_les_confidents___et_autres_nouvelles,_Les Confidents et autres nouvelles. Récits tirés des Petites Mécaniques.

Philippe Claudel

Flammarion (Étonnants Classiques) / 2006 / 125 pages / 3,70 euros

Spécimen reçu gratuitement, ce recueil regroupe 4 nouvelles de Philippe Claudel : Les Confidents, L'Autre, Le Marchant et le voleur et Paliure. Difficile de résumer ces textes qui se passent à diverses époques (Moyen-âge, 19ème et 21ème siècles …) et se situent dans divers lieux : Afrique, France, Russie … Un point commun cependant (mis à part des chutes toujours très surprenantes et réussies !) : l'art (poésie, peinture …) qui ne cesse d'être convoqué dans ces lignes.

Les Confidents raconte le songe de la profanation d'une église par 2 hommes masqués. Béata Desidério ressent un plaisir coupable en repensant à ce rêve et n'a de cesse de retrouver ensuite cette sensation. Avec démesure, elle tente de recréer un état de sommeil éveillé en vivant dans le noir total (elle se fait baigner par ses servantes à l'encre de seiche !). Hélas, ses efforts semblent vains … Les Confidents est une nouvelle violente, sombre, psychanalytique.

J'ai moins apprécié Paliure qui m'a évoqué une imitation (parodique ? Voulue par Claudel ?) des nouvelles de Nicolas Gogol (Le Nez, Journal d'un fou …). Il s'agit en effet de l'histoire d'un fonctionnaire russe au nom compliqué, brimé par son supérieur, accablé par un travail sans intérêt (veilleur de nuit dans un musée dont il hait les œuvres d'art exposées) et par sa solitude. Il possède quand même une passion qui le rend heureux : il collectionne les mots inconnus. Or, ce mot : paliure l'obsède et pourrait bien causer sa perte.

C'est sur un avis en demi-teinte que j'achève ma lecture : j'apprécie Philippe Claudel (Les âmes grises, Le Rapport Brodeck) pourLes_petites_mecaniques ses atmosphères lourdes de sens, ses personnages ambigus qui l'on retrouve ici. Pourtant, ces 4 nouvelles me semblent souffrir d'un manque d'originalité. Franchement je doute que FLAMMARION avait, en dehors de la volonté d'éditer une édition peu onéreuse à destination de l'Education Nationale, un véritable intérêt à séparer ces nouvelles du recueil complet, Les Petites Mécaniques. D'autant plus que le dossier pédagogique de l'édition est très pauvre et pas follement intéressant. A préférer donc, l'œuvre intégrale de Philippe Claudel et uniquement pour des lycéens (des collégiens n'y comprendront rien !).