black-butler-kana-1Black Butler

MANGA (shonen) de Yana Toboso

Kana (dark) / 8 volumes pour le moment / environ 6,50 euros chacun

Habituellement, je lis peu de mangas mais j'ai été attirée par le cadre gothique & victorien de celui-ci ! En plus, cela correspond au MOIS ANGLAIS, organisé (entre autres) par LOU ! gstt

L'histoire se situe à Londres, au XIXème siècle.

Ciel Phantomhive, malgré ses 12 ans, est déjà un aristocrate accompli. Orphelin, il est l'héritier du manoir & de la fortune des Phantomhive. Officiellement, il s'agit de gérer la plus grande entreprise de jouets & des friandises de l'Empire britannique. Officieusement, les comtes de Phantomhive sont les « chiens de garde de la reine », combattants de l'ombre, veillant aux intérêts de Victoria. Sa jeunesse et sa faiblesse (il est toujours représenté avec un bandeau sur l'œil gauche, laissant supposer qu'il a été victime d'un grave accident) sont largement compensées par la présence de son « diable de majordome » lequel a juré de le protéger & de le servir. Ce majordome (butler en anglais) s'appelle Sebastian Michaelis, porte le frac et s'occupe de la décoration intérieure, maîtrise la pâtisserie & la danse mais surtout est un redoutable guerrier qui manie l'argenterie comme des armes mortelles.

black-butler-t2-10Black Bulter est un manga sombre et violent puisque Ciel et Sebastian doivent affronter des adversaires d'autant plus redoutables qu'ils sont souvent d'origine surnaturelle. Cette noirceur est cependant contrebalancée par le quotidien au manoir où la domesticité est juste catastrophique : une servante empotée, un jardinier maladroit, un cuisinier gaffeur … qui enchainent les situations cocasses. Et je me suis (sur)prise à rire de leurs pitreries ! Petit à petit également, le lecteur découvre l'histoire de la famille de Ciel et le contrat mystérieux qui unit Ciel à son majordome.

Le graphisme du manga est assez somptueux, fidèle à l'esprit gothique, décadent & romantique des couvertures. Les costumes, largement inspirés des tenues victoriennes, sont assez belles et réussies. L'auteur dit s'être documentée sur l'Angleterre victorienne (et on la croit volontiers !). En effet, tome après tome, elle introduit tout le « folklore » des histoires se passant dans le Londres du XIXème siècle (je dis folklore, car se sont surtout des prétextes pour mettre ses personnages en scène !). On croise ainsi Jack L'Éventreur (dont l'identité supposée a le mérite d'être originale !), les policiers de Scotland Yard, des anglais de retour des colonies indiennes … Ciel doit également se plier aux règles sociales de l'époque (même si elles sont assez laxistes, il semblerait !), effectue sa « saison mondaine » à Londres, visite une fumerie d'Opium ainsi qu'une entreprise de pompes funèbres (ce qui m'évoque immédiatement le beau roman de Mary Hooper : Waterloo Necropolis).

J'ai apprécié cette lecture même si Black Butler n'échappe pas aux poncifs du genre : relation parfois ambiguë entre Ciel & Sebastian, recours au travestissement des personnages … Une bonne découverte !