Hugo%20Cabret%20et%20bandeauL'Invention de Hugo Cabret de Brian Selznick

Bayard jeunesse / novembre 2011

533 pages / 12,90 euros

L'Invention de Hugo Cabret est un roman étonnant (à la fois par sa forme et par son contenu), un conte désuet et naïf aux illustrations oniriques qui se dévore en quelques heures de pur bonheur.

Il s'agit d'un « roman en mots & en images » (le terme est de l'auteur) : un objet inhabituel en littérature de jeunesse. En effet, le texte est complété d'illustrations (superbes crayonnés en noir et blanc) qui font partieThe-Invention-of-Hugo-Cabret intégrante de la narration. Seul (petit) bémol : ces doubles pages illustrées sont malheureusement coupées par la reliure du livre … Autre originalité : l'auteur a conçu son roman comme un film, regorgeant de clins d'œil cinématographiques : illustrations sous forme de zoom, générique de fin …

L'HISTOIRE : Paris, 1931. Le jeune HUGO CABRET est orphelin (son père est décédé dans des circonstances dramatiques qui seront expliquées). Il habite une chambre secrète au dessus de la salle des pas perdus d'une gare. Son métier est d'entretenir les horloges de la gare. Sa raison de vivre est de réparer un automate complexe, un homme mécanique, dont il est sûr qu'il lui délivrera un message de son père. Pour ce faire (et pour se nourrir), il vole les commerçants de la gare … jusqu'au jour où le mystérieux vieillard du kiosque à jouets découvre son manège et prend à HUGO le carnet à dessins de son père. Bien décidé à récupérer ce carnet, HUGO tente d'amadouer le vieillard et sa petite-fille, Isabelle. Voilà donc le lecteur plongé dans le Paris des années 30 (fort bien reconstitué !) où se côtoient l'âge d'or de la magie & les débuts du cinéma, le désintérêt progressif pour les mécanismes d'automates et d'horlogerie au profit de la modernité : les gares et les trains, l'électricité …

L'Invention de Hugo Cabret est un conte mélancolique, parfois assez triste mais une belle histoire autour du deuil, de la transmission entre les générations, de l'amitié … Les personnages sont vite caractérisés : Hugo le voleur attachant, Isabelle la petite rusée impertinente, Papi George le taciturne, Etienne le garçon débrouillard au bandeau … Les sentiments abordés sont simples même si les émotions sont rendues avec subtilité. Les illustrations en noir et blanc proposent un Paris hivernal, feutré et comme le texte, mettent l'accent sur la peur et la solitude de HUGO.

Mais L'Invention de Hugo Cabret est également un bel hommage aux débuts du cinéma en France et une adaptation libre de la vie de Georges Méliès, l'inventeur des trucages au cinéma. En effet, très rapidement HUGO et Isabelle se retrouvent à enquêter sur l'histoire du cinéma qui semble coïncider avec leurs propres origines. Et l'auteur se fait plaisir (et à nous aussi !) : le roman est parcouru d'allusions et de photos tirées des films de Méliès, des frères Lumière … Ce mélange voyage-dans-la-luned'illustrations de Brian Selznick et d'images bien connues de notre imaginaire collectif (« L'arrivée en gare de la Ciotat », 1895 ou « Accident ferroviaire à la gare de Montparnasse ») est détonnant. D'autant plus que les films de Georges Méliès (Voyage dans la Lune, 1902 ou Vingt Mille lieues sous les mers, 1906) sont belles, oniriques à souhait et donnent envie de se replonger dans la découverte de ce personnage ! Brian Selznick propose d'ailleurs quelques lignes biographiques sur Georges Méliès (authentiques, celles-ci) aux pages 354 – 355 concises et simples ainsi que toutes les références des œuvres abordées en fin de volume.

Le livre a été adapté au cinéma par Martin Scorsese en 2011 (visible sur les écrans français en ce moment). L'Invention de Hugo Cabret est à découvrir dès 9-10 ans (et bien après !). Il peut également servir de support pour évoquer avec des élèves (et des collégiens) les débuts du cinéma, la vie des enfants à Paris au début de XXème siècle), les mécanismes d'automates et d'horlogerie (à comparer avec le site & le musée du CNAM) … Le site Zéro de conduite propose un dossier pédagogique très intéressant sur le film. A voir également, le très beau site officiel du livre.