a-comme-association,-tome-7Car nos cœurs sont hantés : A comme Association 7

Erik L'Homme

Gallimard Jeunesse & Rageot / février 2012

206 pages / 10,05 euros

J'avais été déçue par le précédant tome de cette série mais l'avis élogieux de Clarabel m'a convaincu de passer outre mes réticences. Et heureusement parce que Car nos cœurs sont hantés est un très bon opus d'une série fantastique – urbaine décidément pleine de qualités et de surprises !

On approche de la fin. Les intrigues secondaires se révèlent finalement toutes liées à la débâcle de l'Association et les Anormaux affrontés par les agents stagiaires depuis le début (vampire, garoux et mage) appartiennent à une coalition de méchants décidés à 'abattre une (mystérieuse) Barrière' (ça me rappelle la barrière entre les mondes dans la saison 5 de Buffy). Surtout, Jasper se pose enfin les bonnes questions c'est-à-dire celles que le lecteur se pose depuis le début : pourquoi Ombe et Jasper sont-ils poursuivis ? Pourquoi eux ? Certaines trouvent leur réponse mais pour d'autres, il faudra attendre le prochain (et dernier tome), Le regard brulant des étoiles, annoncé pour octobre 2012.

J'ai aimé ces 200 pages qui passent à un rythme infernal. C'est plus violent, plus âpre que les 6 précédants. J'ai aimé assister à la transformation de Rose en puissante guerrière. J'ai aimé voir Jasper entouré d'amis fidèles (Ombe et Jean-Lu très touchant) et découvrir un peu plus la frêle Nina et l'insaisissable Jules. Bref ! L'une des grandes qualités de cette série c'est d'arriver à ménager des beaux sentiments entre les passages de combat : A comme Association est indéniablement une histoire d'amitié (à la vie à la mort !) où les relations interpersonnelles sont complexes. Et l'humour de Jasper … 

Les autres tomes déjà commentés :  

1. La pâle lumières des ténèbres

2. Les limites obscures de la magie

3. L'étoffe fragile du monde

4. Le subtil parfum du soufre

5. Là où les mots n'existent pas

6. Ce qui dort dans la nuit