OndineOndine de Benjamin Lacombe (Album)

Albin Michel Jeunesse / avril 2012

40 pages / 19 euros

Ondine est un très bel album, à l'histoire classique mais aux illustrations somptueuses. Benjamin Lacombe explique s'être inspiré du peintre japonais Hokusai et de plusieurs peintres préraphaélites dont Waterhouse, Millais et Rossetti. Pour moi, les mots magiques étaient dits : 'Benjamin Lacombe' et 'préraphaélites', je ne pouvais qu'être conquise !!

Ondine est un conte d'amour, de trahison et de mort, écrit au XIXème siècle par un allemand, Friedrich de La Motte-Fouqué. « Une histoire tragique et romantique, au sens premier du terme. Donc un livre pour plus grand » (B. Lacombe). Une nuit de tempête, le chevalier Hans de Ringstetten doit son salut à un couple de vieillards, habitants une chaumière isolée au plus profond de la forêt. Ce couple a un secret : ils élèvent une créature appartenant au peuple des eaux, Ondine. Le chevalier tombe sous le charme de cette belle, impétueuse et malicieuse, et la ramène dans son château. A ses risques et périls …

En effet, Ondine est une histoire profondément triste et mélancolique, sans 'happy end' final. Cette atmosphère est parfaitement rendue par les illustrations où dominent les couleurs sombres, aqueuses : le vert, le bleu … qui m'ont parfois rappelé l'univers ténébreux et romantique des Noces Funèbres, de Tim Burton. J'ai apprécié le jeu avec les calques transparents qui font progressivement apparaître puis disparaître des motifs … C'est original, bien trouvé et pertinent. J'ai également été sensible aux personnages. Le prince est humain, littéralement 'incarné' : c'est un 'vrai' homme ce qui tranche beaucoup avec l'illustration jeunesse habituelle. En effet, le prince est délicatement musclé, il porte une fine barbe dorée assez virile … Au contraire, Ondine a une beauté plus floue, à l'image de son abondante et sinueuse chevelure rousse. Bref ! C'est un régal pour les yeux … Pour en savoir plus, Benjamin Lacombe présente lui-même son album sur son blog.