La Vallée de la peur de Arthur Conan Doyle

première publication : 1915 (The Valley of fear)

LGF / Le Livre de poche (2008)

254 pages / 4,10 euros

La Vallée de la peur est de 4ème et dernier roman du canon des enquêtes de Sherlock Holmes. Il s'agit d'une enquête classique et franchement pas la meilleure de toutes …

Sherlock Holmes est sollicité par Scotland Yard pour résoudre le crime de monsieur Douglas, riche anglais, apparemment assassiné dans sa propre bibliothèque par un inconnu qui aurait pris la fuite avant l'arrivée de la famille alertée par le bruit des coups de feu. Pourtant, mystère, mystère : comment l'inconnu est-il sorti du manoir pourvu de douves et d'un pont-levis ? Pourquoi la veuve et le meilleur ami du défunt semblent-ils aussi joyeux ?

Comme dans Une Étude en rouge et Les Cinq pépins d'orange, la clé de l'énigme arrivera après une digression américaine et l'explication d'une vengeance tenace. Cette fois-ci, Arthur Conan Doyle emmène ses lecteurs dans la Californie des années 1870 alors colonisée par les mineurs et gangrenée par une organisation secrète et criminelle. Arthur Conan Doyle prend beaucoup de temps (et de plaisir ?) à décrire cette vie et son antipathique protagoniste : c'est un peu long mais le (très inattendu) twist final est réussi.

J'ai apprécié la description du manoir anglais et ses environs. Comme dans Le Chien des Baskerville, le romancier britannique soigne l'atmosphère. Cependant, j'ai aussi beaucoup regretté que l'interaction entre Sherlock et Watson soit quasi inexistante. Heureusement, La Vallée de la peur a le mérite d'introduire le personnage de Moriarty, rentier du crime (même si Sherlock et lui ne sont pas directement confrontés et que Moriarty soit encore assez anecdotique dans ce roman). Sherlock se donne comme défi de l'anéantir …

« Le plus grand intriguant de tous les temps, l'organisateur de tout le mal qui se trame et s'accomplit, l'esprit qui contrôle les bas-fonds de la société (un esprit qui aurait pu façonner à son gré la destinée des nations), tel est l'homme. »