briséis

Briséïs de Tiphaine Siovel

Robert Laffont / novembre 2012 / 328 pages / 19,90 euros

J'ai des critères de choix de livres assez discutables (et qui me jouent parfois des tours !!). Ici, j'ai été attirée par la jolie couverture de François Roca et par le titre, Briséïs, nom d'une héroïne de la mythologie grecque (épisode guerre de Troie, Achille etc etc). Et puis c'est le premier roman d'une jeune auteur française, Tiphaine Siovel. J'y ai découvert une histoire étrange, teintée de fantastique (ou alors est-ce une expérience onirique ?), bourrée de bonnes idées mais qui livre trop peu de clés (c'est un premier tome) et reste finalement assez obscure …

 * avec spoilers *

A 18 ans, Briséïs s'ennuie dans sa vie de lycéenne. Une étrange allergie, un passage à l'hôpital et un scanner plus tard, elle se retrouve propulsée dans la Citadelle, une école secrète qui forme l'élite mondiale (il y a quelques mois, j'aurai trouvé le thème original mais c'était avant Night School de C. J. Daugherty). Briséïs se lie d'amitié avec Benji, un redoublant, qui l'emmène rapidement visiter les coulisses interdites de l'école. A partir de là, Briséïs comprendra que les cours et les joutes auxquels participent les élèves, ne sont que des distractions pour détourner leur attention de l'étrangeté qui entoure leur nouvelle vie : illusions d'optique troublantes, présence d'angelots parlants, contacts inexistants avec les familles, tableaux vivants … Un jour, Briséïs est enlevée par des résistants à la Citadelle et échoue dans le désert avec un groupe de compagnons hétéroclite (d'âge, d'époque et de civilisations différents !!) … Leur quête (dont on ignore tout et eux également !) les conduit à Sparte pendant l'Antiquité.

* fin des spoilers *

Se dégage de ce roman une énorme impression d'irréelles situations bizarres (mais vraiment bizarres !!) s'enchainent sans laisser de place à l'élaboration d'une quelconque routine ni aux interactions (amicales, inamicales …) de se développer (amateurs de la vie à Poudlard, passez votre chemin !). De plus, l'auteur n'apporte aucun explication aux phénomènes énigmatiques. Malheureusement, c'est au risque de lasser (frustrer ?) le lecteur : on devine pourtant que Tiphaine Siovel a en tête un univers et une histoire très élaborés (et qu'on pressent fort intéressants). Idem, j'ai relevé des idées véritablement enthousiasmantes (le groupe de compagnons d'époque différentes par exemple ou encore l'escalier invisible vers le ciel) qui me semblent peu exploitées.

J'achève donc cette lecture sur une note mitigée : j'ai aimé les rebondissements qui surprennent, j'ai aimé que l'héroïne ne tombe pas amoureuse et qu'elle se pose les bonnes questions mais je suis plus circonspecte en ce qui concerne les grosses ruptures narratives et globalement, je reste sur ma faim …