from_hell_couverture

FROM HELL, Une autopsie de Jack l'Éventreur (BD)

Alan Moore (scenario) et Eddie Campbell

Delcourt (2000) / 575 pages / 49,95 euros

« 5 pauvresses assassinées, un agresseur anonyme. Cette réalité est éclipsée par le vaste parc d'attractions que nous avons construit autour »

Avec From Hell, j'ai découvert que la lecture d'une BD pouvait prendre plusieurs semaines et demander une concentration intellectuelle intense. J'en connaissais déjà l'histoire grâce à l'adaptation cinématographique avec Johnny Depp, néanmoins j'ai apprécié la reconstitution très soignée de l'East End et de Whitchapel de l'époque victorienne.

Dans From Hell, Alan Moore livre sa version (parmi tant d'autres !) des meurtres de Jack L'Éventreur : violente (parfois même insoutenable), sans concessions (il n'hésite pas à impliquer des membres de la famille royale et de l'aristocratie) et convaincante. Il s'agit d'une œuvre de fiction étayée par une solide documentation sur l'affaire de l'Éventreur mais également sur les bas fonds londoniens à l'époque victorienne. « From Hell a fait l'objet de recherches documentaires visuelles bien plus poussées que celles concernant le contenu » (page 520). C'était, il me semble, un défi de faire passer cette somme d'informations et d'hypothèses sous la forme d'une BD et pourtant, c'est réussi. Victoria FHJ'ai aimé la reconstitution minutieuse de Londres : malgré un dessin sombre et hachuré, les décors grouillent de vie, c'est passionnant. De même, j'ai lu avec attention les annexes bourrées d'anecdotes intéressantes. Par exemple, j'ai découvert que Neil Gaiman est le « détenteur d'au moins 7 siècles de gros mots » (pages 516) et que les « habitudes alimentaires des femmes de l'East End [étaient peu réjouissantes] : du gin et des biscuits cassés. (Bien sûr, les biscuits cassés coûtaient moins chers que ceux qui ne l'étaient pas) ».

J'ai apprécié l'évocation respectueuse et sensible faite des prostituées, victimes de la société victorienne autant que de l'Éventreur, à l'image de la jolie dédicace de la BD : « Ce livre est dédicacé à Polly Nichols, Annie Chapman, Liz Stride, Kate Eddows et Marie Jeannette Kelly. Vous et votre mort : de ces choses seules nous sommes certains. Bon repos, mesdames » « C'étaient des femmes ordinaires qui, en dépit de leur vie de privations et de maladies, essayaient d'être belles pour le seul travail que la société avait jugé bon de leur proposer » (page 518).

1888 jack l'eventreur

Malgré tout je n'ai pas beaucoup aimé cette lecture et j'ai d'énormes réserves. La narration est compliquée (il y a tellement de personnages et de points de vue exploités que je m'y suis parfois perdue), j'ai trouvé la taille du texte trop petite (un réel handicap de lecture !) et certaines pages sur la franc-maçonnerie sont trop longues … Je conseille donc From Hell aux adeptes de complots politiques, à ceux qui n'auraient pas vu le film et parce que les annexes et remarques d'Alan Moore sont passionnantes et étonnantes. Par exemple : « Le fait qu'un homme tuait et éviscérait effectivement des prostituées à ce moment-là semble dérisoire par rapport au fait qu'à travers le pays, nombre d'hommes apparemment normaux rêvaient de faire exactement la même chose » (page 542) rapport aux centaines de lettres de revendication reçues par la police. (* à méditer … *).

Sur le thème de l'Éventreur et du Londres victorien, je vous recommande plutôt cet essai passionnant d'un historien français, Roland Marx : 1888, Jack l'Eventreur et les fantasmes victoriens.

Ceci est ma 3ème participation au Challenge I Love London organisé par Maggie et Titine. C'est également ma 1ère participation au Challenge British Mysteries de Lou et Hilde.

British Mysteries logo

i love london logo