bilbo-le-hobbitBilbo le Hobbit de J. R. R. TOLKIEN

Traduit de l'anglais (The Hobbit)

Première édition 1937

Le Livre de poche / 379 pages / 6 euros

C'est l'histoire d'un petit bonhomme casanier, gourmand, peureux et surtout, surtout immensément heureux de sa vie sans aventures dans son trou de hobbit sur la Colline. Il est pourtant choisi par un magicien malicieux (Gandalf) pour être le 14ème participant d'une dangereuse quête : aider une compagnie de nains à regagner leur trésor naguère volé par un dragon ! Biblo est partagé entre ses origines Baggins (du côté de son père) qui l'incitent à refuser et ses origines Took (du côté de sa mère) dont les aïeuls se sont illustrés et dont la mémoire perdure dans toute la Comté. Il finit par accepter et c'est le début d'une longue équipée à travers Les Terres Sauvages où il rencontrera (entre autres) : des Elfes, des Gobelins, des araignées géantes, un dragon, des Trolls

Qu'ils sont attachants les hobbits de Tolkien ! Peuple pacifique, ils aiment la gaieté, la nourriture et les chansons. Et surtout, sous leur petite taille et leur aspect inoffensif, ils cachent des héros splendides (Biblo, Frodon, Sam) ! (* oui, j'avoue, je suis un peu amoureuse des 3 !*) qui font preuve de courage, de sang froid et d'un bon sens hors du commun.

Ayant lu Le Seigneur des anneaux il y a quelques années, j'en gardais le souvenir d'une narration très dense, pleine de détails et d'histoires parallèles. Quelle différence avec Le Hobbit ! Ici, Tolkien déroule une narration très simple, chronologique où les compagnons quittent une aventure pour une autre. Cela fait un texte indubitablement accessible aux plus jeunes et je compte bien convaincre mes collégiens de découvrir Tolkien autrement que grâce aux films de Peter Jackson. En plus, Le Hobbit est bourré de chansons rigolotes et d'humour. Cependant, les derniers chapitres donnent une densité et une complexité étonnante à l'ensemble du livre, ce que j'ai vraiment beaucoup apprécié : le trésor débarrassé de son gardien est la convoitise de tous et poussent les plus paisibles à l'affrontement. Bref ! Pas de manichéisme, même les plus amicaux nains ou humains révèlent leur part de noirceur … 

12-dwarves-hobbit

D'ailleurs, les nains n'ont pas toute mon estime comme les hobbits ! Thorin, Balin, Dwalin, Fili, Kili, Dori, Nori, Ori, Oin, Gloin, Bifur, Bofin et Bombur sont sacrément ambigus. Motivés par l'appât du gain, ils laissent à Biblo les tâches ingrates et dangereuses et ne lui sont reconnaissants que fort peu de temps. Ils sont égoïstes, globalement pas très courageux et bellicistes …

Pour conclure, voilà un roman que j'ai énormément apprécié, très drôle, porté par un personnage principal (Bilbo) vraiment adorable. Et puis, l'univers créée par Tolkien est évidemment fantastique, complètement bluffant (surtout quand on réalise qu'il est l'un des précurseurs du genre). Je regrette seulement d'avoir vu le film avant : j'anticipais trop les aventures de Thorin et Cie pour me laisser porter par ma lecture. Heureusement, le 1er film couvre une centaine de pages seulement !