KinderzimmerKinderzimmer de Valentine Goby

Actes Sud (Domaine français) / août 2013

222 pages / 20 euros

Kinderzimmer c'est le témoignage (fictif mais inspiré de l'histoire de Marie-José Chombart de Lauwe) d'une survivante de Ravensbrück qui s'adresse à une classe de lycéens. Mila est un 'triangle rouge' c'est-à-dire une détenue politique, arrêtée parce qu'elle codait des messages pour la Résistance française. Déportée en avril 1944, elle est enceinte de 3 mois mais cache sa grossesse de peur d'être jugée inapte au travail et éliminée. Mila s'interroge : dans un camp de travail, que fait-on des enfants ? La kinderzimmer (chambre des enfants en allemand) existe-elle vraiment ou s'agit-il d'un mythe parmi tant d'autres ?

C'est un roman sur les conditions de vie insoutenables des détenues de Ravensbrück et la naissance de bébés dans les camps de concentration nazis. Imaginer cette toute jeune femme enceinte dans ces conditions inhumaines (surtout lorsqu'on songe aux précautions actuelles autour de la maternité) est très dérangeant. Pour autant, probablement parce que j'anticipais les horreurs qu'elle allait vivre et que je me suis psychologiquement préservée, je ne me suis pas vraiment attachée à Mila. Elle est pourtant admirable et courageuse dans sa lutte pour survivre et protéger son enfant.

Kinderzimmer ne renouvelle pas le genre mais est absolument parfait pour les jeunes et le devoir de mémoire. Comme personnellement j'ai déjà un bagage culturel sur le sujet, je n'ai pas été très enthousiaste. Finalement se sont surtout les derniers chapitres, lorsque Mila sort de Ravensbrück, qui m'ont accrochés. Pour conclure, j'ai des réserves même si Valentine Goby brode de manière intéressante autour de l'Histoire avec un H et que j'ai retrouvé avec plaisir ses thèmes de prédilection : la musique, le corps, la maternité. Sur la même période historique de la Seconde Guerre mondiale, j'ai préféré son beau roman breton L'Echappée.

Rentrée littéraire 2013