long week end

Long week-end de Joyce Maynard

Traduit de l'anglais (Etats-Unis) : Labor Day

10/18 (Domaine étranger) / 2011 / 251 pages / 7,50 euros

Cet été, j'avais déjà énormément aimé Les Filles de l'ouragan avec lequel je découvrais Joyce Maynard. Mais c'est un véritable coup de foudre/coup de cœur que j'ai eu pour Long week-end.

Adele et son fils de 13 ans, Henry, vivent en quasi réclusion depuis le départ douloureux du père. A l'occasion d'un caniculaire 'labor day' (long week-end férié de la Fête du travail américaine), un prisonnier évadé s'invite chez eux. Adele et Henry voient leur quotidien morne et solitaire complètement bouleversé par cette intrusion. D'autant plus que sous des aspects chaleureux, Frank n'est-il pas un criminel ?

J'ai adoré la relation mère/fils qu'entretiennent Adele et Henry : exclusive et un peu étouffante, légèrement dysfonctionnelle mais très tendre. Ils tentent mutuellement de se protéger du monde extérieur. Adele est une femme paumée, blessée mais qui élève son garçon du mieux qu'elle peut. Henry est un ado en devenir qui manque de confiance en lui, taraudé par le sexe et qui tente de remplacer son père depuis le divorce. Que la narration se fasse de son point de vue apporte naïveté et cocasserie sous lesquels affleure le drame. C'est l'observateur à  la fois bienveillant et inquiet de la relation qui se noue entre sa mère et Frank. Voilà un portrait d'ado très juste, inspiré des propres fils de Joyce Maynard : « le cœur des garçons de 13 ans », vaste programme …

Long week-end est un roman sur la famille, sur le désir d'une femme et la difficulté de grandir des adolescents, porté par une galerie de personnages cabossés par la vie, terriblement touchants. J'ai été profondément émue par les derniers chapitres (*je n'arrivais pas à m'arrêter de verser des larmes !*) et globalement par cette histoire douce, pleine d'espoir et d'amour.

Pour conclure, je ne suis pas étonnée qu'un film soit adapté de ce roman : il y a des passages presque d'anthologie, très fort visuellement et émotionnellement (la tarte aux pêches, le chili donné par Frank …)