mlle prim

L’Éveil de Mademoiselle Prim de Natalia Sanmartin Fenollera

Traduit de l'espagnol : El despertar de la senorita Prim

Grasset (2013) / 349 pages / 18,30 euros

Je m'attendais à une bluette à l'eau de rose dans une ambiance à la Stars Hollow, forcément légère. Or L’Éveil de Mademoiselle Prim est plutôt une fable utopiste, qui me laisse très perplexe. 

Mlle Prudence Prim est engagée comme bibliothécaire par un homme excentrique et très énigmatique (désigné comme « l'homme au fauteuil ») qui se charge à domicile de l'éducation de ses neveux. Plus qu'un travail passionnant, c'est une ville étonnante et ses chaleureux habitants que Prudence découvre : Saint-Irénée d'Arnois est en effet une prospère communauté de « réfugiés » du monde moderne.

Comme il ne se passe strictement rien dans L’Éveil de Mademoiselle Prim, le sel du roman se trouve dans ses dialogues, omniprésents. Malheureusement, j'ai parfois trouvé pénible ces longues conversations policées et philosophiques entre Prudence et son employeur. Peu de place pour l'émotion ou les personnages secondaires, il s'agit plutôt d'une lecture pour faire réfléchir sur la beauté, la délicatesse, la société moderne, l'intérêt de certaines lectures dans l'éducation des enfants …

Cela étant, j'ai trouvé que cet el-dorado pour personnes cultivées qui fuient le consumérisme, les villes, les incivilités et l'éducation modernes ressemble plutôt à un ghetto qu'à un rêve. Et je ne me reconnais pas dans la vision du mariage ou encore de l'éducation développée par l'auteur. Et je n'ai pas compris l’instance portée sur la spiritualité de « l'homme au fauteuil » … 

Pour conclure, il s'agit d'une lecture trop abstraite pour que j'y trouve un quelconque charme mais assurément fort originale. Et comme je regrette d'être passée à côté et que j'aimerais vous inciter à le lire quand même, je vous renvoie à l'avis plus positif de Romanza. Petit à petit, je poursuis l'assassinat de la PAL grâce au Challenge Myself de Romanza. (même si j'ai fait une pause en avril !)

Challenge myself 2014