lieux-sombres

Les Lieux sombres de Gillian Flynn

Traduit de l'anglais (États-Unis) : Dark Places

Sonatine Editions (2010) / 483 pages / 22 euros

Les Lieux sombres est le 3ème roman noir de Gillian Flynn que je lis. Force est de constater qu'elle aime les ambiances glauques, les personnages borderline et qu'elle n'est jamais tendre avec les mères, forcément victimes ou/et maléfiques.

Kansas City, dans le Missouri.

En 1985, alors qu'ils dorment dans leur ferme familiale au bord de la faillite, les Day sont sauvagement assassinés. La seule rescapée est une fillette qui arrive à s'enfuir par une fenêtre. 25 ans après, Libby n'a toujours pas fait son deuil : égocentrique, oisive, dépressive, cleptomane et solitaire, elle vit chichement des dons récoltés grâce à la (sur)médiatisation de l'affaire. Approchée par un 'Kill Club' c'est-à-dire une association d'amateurs passionnés par les grandes affaires criminelles, Libby comprend qu'il existe beaucoup de 'zones d'ombre' autour du massacre de sa famille. Que le témoignage qu'elle a livré à l'époque, menant à l'emprisonnement de son frère, est peut-être à l'origine d'une erreur judiciaire. Progressivement, Libby va renouer avec son passé et découvrir la sordide vérité.

Les Lieux sombres est un roman noir et violent qui rappelle davantage Sur ma peau que Les Apparences (plus psychologique). Certes moins glauque et anxiogène, c'est une histoire qui aborde malgré tout des thèmes dérangeants : satanisme, enfants et ados qui sont tout sauf innocents, démission des parents, pédophilie … sur fond de pauvreté et de crise rurale des années 80.

Pour autant ça fonctionne toujours aussi bien !

La construction, qui alterne les points de vue et les époques, amène le lecteur à soupçonner chacun des protagonistes, et à s’emmêler dans les jeux de manipulation. Le suspens est ainsi préservé jusqu'aux dernières pages, inattendues et haletantes. De plus, l'évolution du personnage de Libby Day est très intéressante puisqu'elle émerge du drame à mesure qu'elle enquête. C'est un bel effet que produit Gillian Flynn qui raconte en parallèle les circonstances d'un crime atroce et la 'renaissance' positive de l'unique survivante, 25 ans après. Je trouve que cette touche d'espoir donne un sel particulier au roman, ainsi que la relation amusante qui se tisse entre Libby et Lyle, l'enquêteur du Kill Club. Et d'ailleurs, le rôle d'anti héroïne de Libby est vraiment génial.

Encore un thriller efficace, à déconseiller aux âmes trop sensibles. Shelbylee le conseille également très chaudement.

Et hop ! A ajouter au Mélange des genres de Miss Léo, catégorie roman noir/thriller/policier.

melangedesgenres1