je suis un dragon

Je suis un dragon de Martin Page (Pit Agarmen)

Robert Laffont (2015) / 283 pages / 18,50 euros

Margot est une adolescente au triste passé : orpheline, elle vit en foyer où elle côtoie « des arcs-en-ciel du malheur » (p.21), invisible au collège, c'est pourtant une jeune fille vive et sensible. Sa vie bascule lorsqu'elle massacre la bande qui terrorisait les élèves. Margot se découvre indestructible, surpuissante et capable de voler. Les Services Secrets étouffent l'affaire auprès des Médias mais s'emparent de Margot pour l'étudier, l'installant dans une prison dorée aux murs blindés et l'entourant d'un foyer factice. Margot est dépossédée de sa vie : objet d'expériences scientifiques et militaires, arme politique aux mains de chefs d'état cyniques. Devenue Dragongirl, la jeune fille sert l'Humanité sous l’œil énamouré (ou jaloux) du commun des mortels. 

« Margot était humaine. On aurait dit que son corps réagissait pour la protéger, mais qu'il autorisait les contacts bienveillants » (p.73). Margot/Dragongirl est un personnage ambivalent, à la fois terriblement violent, parfois cruel, fragile et étonnamment humble. J'ai aimé la droiture morale qu'elle se construit en grandissant bien qu'elle fasse l'expérience de la trahison et de la versatilité des hommes. J'ai aimé la symbolique de cette super-héroïne qui obtient sa rédemption dans un groupe de soutien pour femmes blessées par la vie.

Je suis un dragon est un roman dense malgré ses 283 pages et ses chapitres tout courts. L'auteur y évoque la manipulation des médias, la difficulté de grandir lorsqu'on est différent, lorsqu'on est naïf et rongé par la culpabilité : comment se protéger des prédateurs ?, comment se préserver des profiteurs ? C'est aussi une réflexion sur la liberté et la responsabilité : n'est-ce pas la responsabilité de Margot/Dragongirl de sacrifier sa vie pour sauver l'Humanité des catastrophes qui guettent ? (« grands pouvoirs, grandes responsabilités » !). Je ne m'y attendais pas (mais j'ai apprécié) que Martin Page n’écrive pas une banale histoire de Superman au féminin : Je suis un dragon est le cheminement personnel, psychologique et affectif d'une ado qui devient une femme.

J'ai également aimé l'ambiance qui évoque les comics américains, la pop culture, notamment lors de passages ultra violents, à prendre au second degré (je pense ?). Même s'il respecte tous les codes habituels du genre, c'est Je suis un dragon est un roman singulier principalement par son ton décalé : gentiment cynique mais mordant, volontairement dans l'exagération, Martin Page enchaîne les bons mots et les remarques désabusées sur la société du XXIème siècle, la plupart du temps avec beaucoup d'humour.

Pour conclure, c'est un roman de super-héros, français, à la fois distrayant, drôle et intelligent, porté par un personnage de jeune fille très émouvant. Bref ! Une rareté et une réussite !

Miss Léo est également emballée.