les-vestiges-du-jour

Les Vestiges du jour de Kazuo Ishiguro

Traduit de l'anglais : The Remains of the Day

Calmann-Lévy (2001) / 267 pages

Première parution : 1989

A l'occasion d'un voyage en automobile vers la Cornouailles, un majordome britannique se livre à une introspection sur sa carrière professionnelle passée et en filigrane, sur sa vie (manquée ?).

Kazuo Ishiguro réalise un virtuose exercice de style en imaginant le témoignage de Mr Stevens, authentique butler anglais du début du XXème siècle. En résulte une prose exigeante, volontairement ampoulée et malheureusement, un peu lente par moment.

Stevens est un personnage complexe (*que j'ai parfois eu envie de secouer*). On ne peut qu'être frappé par sa solitude, sa pudeur, sa loyauté envers son employeur, Lord Darlington, et sa rigidité. Derrière le professionnalisme, les émotions semblent inexistantes … On découvre un homme qui masque ses élans profonds, sa moralité, son intelligence ou ses sentiments pour servir un employeur dont l'attitude fut pourtant ambiguë pendant la seconde guerre mondiale ! La prise de conscience de Stevens est tardive et brutale …

D'histoire, il n'y en a pas réellement mais plutôt des fragments de souvenirs (la perte du père, l'amitié-amoureuse avec l'intendante) entrecoupés de questionnements sur le métier de majordome et ses évolutions : qu'est-ce qu'un grand majordome ? Qu'est-ce que la dignité ? …

Je suis consciente des qualités de ce roman (littéraires, de construction …). Pour autant, j'ai trouvé que la narration souffre de nombreuses longueurs. Bref ! mon avis est plutôt mitigé.

Voilà ma 4eme participation au MOIS ANGLAIS 2015 organisé par Lou, Titine et Cryssilda.

logo mois anglais 2015 TER