la-mort-prefere-ava

ava-prefere-l-amour

La mort préfère Ava (tome 3), 2013 (370 pages)

Ava préfère l'amour (tome 4), 2014 (331 pages)

de Maïté Bernard

SYROS

Voilà une bonne série jeunesse qui touche à sa fin (le dernier et 5ème tome est en librairie depuis septembre). Toujours au rdv : une ado ordinaire qui voit des fantômes et le cadre dépaysant des îles Anglo-normandes.

Dans La mort préfère Ava, Ava passe 3 semaines à Guernesey pour participer à l'assemblée annuelle des consolateurs de fantômes. Évidemment, rien ne se passe comme prévu : victime de 'fans' encombrants et d'un pénible harceleur, Ava ne cesse de chuter et d'avoir des ennuis. Ces vacances seront également l'occasion pour elle de découvrir le passé et la famille de Cécilia, sa formatrice et d'en apprendre plus sur l'organisation des consolateurs.

Si le début du roman manque de rythme et est marqué par des enjeux narratifs confus, c'est toujours un enchantement pour les curieux de Guernesey. Hauteville House (la maison de Victor Hugo) est d'ailleurs le cadre d'un affrontement dantesque. C'est également un tome où l'on parle beaucoup de jardins, d'amour et de romantisme.

Hauteville house 1

Dans Ava préfère l'amour, la jeune fille entame sa convalescence et accepte difficilement une certaine révélation concernant sa mère, Victoire. C'est un tome plus sombre à l'image de l'île d'Aurigny mise en avant qui est la plus sauvage des îles Anglo-normandes. Ava est davantage révoltée et sûre d'elle, les masques tombent et un affrontement féroce avec un fantôme assassin tourne au drame. En outre, la fin est mélancolique notamment car Ava perd son meilleur ami et protecteur, Harald le viking mort depuis 800 ans.

Comme dans les tomes 1 et 2, j'ai aimé cette héroïne de 15 ans, réservée et pudique, travaillée par ses hormones autant que par ses visions d'outre-tombe. Si son premier amoureux, Marco, est inexplicablement (et probablement momentanément) écarté, c'est parce qu'Ava flirte dorénavant avec le splendide Alistair.

Pour résumer, Ava est une série charmante et légèrement désuète qui, sous couvert de surnaturel, évoque la mort, les premiers émois amoureux et les liens familiaux de manière sensible et réaliste. Même si je suis moins enthousiaste que pour le tome 1 (je déplore notamment que le sympathique côté policier est quasi abandonné), c'est une lecture qui reste fort agréable. J'ai hâte de mettre la main sur Ava s'en va (tome 5).