samedi

Samedi de Ian McEwan

Traduit de l'anglais : Saturday

Gallimard (FOLIO) / 2006 / 373 pages / 9 euros

« C'est le nouveau mal du siècle, ce besoin compulsif de savoir comment va le monde, de communiquer avec ses semblables dans une anxiété généralisée »

Ian McEwan raconte une journée apparemment anodine, mais qui cristallise toute la violence (privée et publique) de notre époque, d'un neurochirurgien nommé Henry Perowne : réveil tardif, squash avec un ami, visite à la maison de retraite où vit sa mère, préparation du repas familial … Jusqu'à l'intrusion d'une violence gratuite, d'autant plus inattendue et ironique que le roman est rythmé, en arrière-plan, par une marche nationale contre la guerre en Irak et la crainte d'attentats terroristes dans un Londres post-11 septembre.

D'un tel roman, on ne peut que saluer la virtuosité de la narration : en une journée unique, Ian McEwan déroule de manière fluide l'intégralité de la vie familiale, professionnelle et des positions politiques d'Henry Perowne (ainsi que son futur proche). En outre, l'écriture est ciselée, soucieuse des détails (parfois trop), ce qui est certes cohérent car les pensées émanent du cerveau d'un neurochirurgien rigoureux.

Pourtant, je n'ai pas complètement réussi à m'intéresser à cette histoire. C'est la première fois que je lis un roman de Ian McEwan qui n'est pas une histoire d'amour ou de désamour, portée par des personnages tourmentés. Ici, Henry Perowne est presque trop parfait : réussite professionnelle, époux fidèle, père compréhensif, bon fils, sportif, conscience politique … C'est un cérébral qui semble avoir résolu toutes ses failles et qui se connaît bien. Pas franchement le genre de personnage pour se pâmer ou avec lequel compatir …

Pour conclure, c'est un livre que j'ai trouvé très (très très) bien écrit mais dont je n'ai goûté ni les fastidieuses descriptions d’opérations du cerveau ni certains rebondissements trop incohérents (Baxter), ni la longue introspection d'un personnage masculin trop parfait.

logo année anglaise