le_vallonLe Vallon de Agatha Christie

Traduit de l'anglais : The Hollow

Première parution : 1946.

Après une « panne » de lecture qui m'a vu refermer plusieurs livres après quelques chapitres seulement, je me suis réfugiée dans une « valeur sûre » de mon panthéon littéraire personnel : Agatha Christie.

Bonne pioche avec Le Vallon qui se distingue par sa singularité, à la fois en terme de narration et de résolution de l'enquête.

Écrit pendant la guerre, c'est un texte complètement intemporel.

Le temps d'un week-end de détente, une dizaine de convives convergent vers Le Vallon, propriété campagnarde de Lord et Lady Angkatell. Il y a le docteur John Christow et sa femme Gerda qu'il tyrannise, Henrietta la sculptrice passionnée, Edward Angkatell l'amoureux éconduit d'Henrietta, Midge la parente pauvre qui trime dans un magasin de vêtements, David Angkatell l’intellectuel acrimonieux … Un meurtre est évidemment commis pendant ce week-end. Heureusement, la fantasque Lady Angkatell avait un invité mystère : son voisin Hercule Poirot, qui vient d'acquérir un petit pavillon aux abords champêtres de Londres.

Jusqu'à la 94ème page, aucun meurtre n'est commis !

Du coup, au lieu de chercher l'assassin, le lecteur est amené à chercher la potentielle victime (*ce qui est tout aussi amusant*) parmi les portraits très développés dressés par Agatha Christie. Autre malice d'Agatha Christie, le lecteur connaît beaucoup mieux les personnages qu'Hercule Poirot et donc, a une longueur d'avance sur le détective belge ! Évidemment, presque sans enquêter mais en recueillant les confidences des convives, Hercule Poirot résout l'énigme (*d'une manière étonnamment sentencieuse d'ailleurs*).

Pour conclure, Le Vallon est un roman policier (où la romance n'est pas absente) qui surprend le lecteur car l'enquête (et le rôle d'Hercule Poirot) semble anecdotique par rapport aux drames psychologiques vécus par les personnages.

logo année anglaise

« Un meurtre, c'est « un mot de sept lettres » quand on est amateur de mots croisés, ou deux heures de lecture passionnante quand on aime les romans policiers.

Seulement, un vrai meurtre … […] c'est la réalité et c'est effrayant ! »