Citadelles

Citadelles de Kate Mosse

Traduit de l'anglais (Citadel)

Le Livre de Poche (2015) / 920 pages / 8,90 euros

La particularité des romans de Kate Mosse est d'entrecroiser plusieurs époques et plusieurs récits qui se rejoignent en fin de volume. C'était déjà le cas dans Labyrinthe (excellent) et Sépulcre (très moyen), les précédents tomes de sa « Trilogie du Languedoc ». Dans Citadelles, se croisent des résistantes de Carcassonne engagées contre l'occupant allemand dès 1940, un vieillard qui recherche un Codex mystérieux également convoité par les Nazis et enfin, la mission secrète d'un moine solitaire du IVème siècle, en Gaule.

Cela donne un pavé entre roman historique et roman de terroir où, Kate Mosse rend un hommage vibrant au Midi de la France. Entre Aude et Ariège, elle fait revivre la bastide de Carcassonne, les villes de Tarascon, Coustaussa, Couiza et l'horrible Camp du Vernet (de travail? De transit? D'extermination? Français) … tels qu'ils étaient pendant la Seconde guerre mondiale (même si elle avoue prendre des libertés). Malheureusement, contrairement au très réussi Labyrinthe qui faisait revivre les heures sombres des persécutions contre les Cathares dans la région de Carcassonne, ici l'histoire est plutôt décevante.

Certes, l'histoire d'amour annoncée par la quatrième de couv' est réussie. La bonne idée d'un groupe de résistance commandé par une femme aurait pu être davantage exploitée et les personnages secondaires davantage développés car ils sont potentiellement forts intéressants (l'idylle entre Marianne et Suzanne, la motivation des frères Bonnet à obéir à une femme … sont trop rapidement évoqués). Kate Mosse s'attache plus à faire avancer son intrigue qu'à décrire la société et les mœurs des années 40. Ce qui est dommage car elle avait un matériel propice et passionnant. Du coup, elle sombre dans la simplicité. Surtout, le récit pâtit du côté « thriller religieux à la Dan Brown » maladroitement amené avec la recherche du manuscrit capable de changer le cours de la guerre …

Pour conclure, il y a d'excellentes idées et intentions dans ce roman, raisonnablement bien écrit, mais qui sont malheureusement parasitées par une énigme religieuse/surnaturelle inutile et une fin trop triste.

Et hop ! C'est mon Pavé de l'été (malheureusement l'unique cette année) à inscrire dans le Challenge de Brize ...

logo pavé 2016