je suis pilgrim

Je suis Pilgrim de Terry Hayes

Traduit de l'anglais (I am Pilgrim)

Le Livre de Poche / 2015 / 909 pages / 8,90 euros

Scott Murdoch, ex-espion américain, appartenait à la Division c'est-à-dire une unité ultra confidentielle chargée d'éliminer les traîtres parmi les agents des services secrets. Bouleversé par les événements du 11 septembre, il démissionne et essaye de renouer avec une vie anonyme de citoyen américain lambda. « Le problème, avec le métier d'espion, c'est qu'on peut démissionner, mais on ne le quitte jamais tout à fait » (p.97). Ainsi, Scott doit rempiler pour traquer un terrifiant terroriste islamiste nommé le Sarrasin qui menace de détruire l'Amérique. Lequel, du terroriste ou de l'espion réussira sa mission en premier ? De New-York à Bodrum en Turquie en passant par l'Arabie Saoudite et la Russie, c'est une chasse à l'homme haletante et dangereuse qui commence pour Pilgrim, ce trentenaire patriote, impitoyable et courageux.

Je suis Pilgrim est à la croisée des genres et fait autant songer à la série 24 qu'à certains romans de Jean-Christophe Rufin. C'est une enquête policière (passionnante histoire qui commence dans les ruines du World Trade Center), un roman d'espionnage et une histoire de terrorisme. C'est une fiction à la fois très actuelle et réaliste mais dont on devine que Terry Hayes, par ailleurs scénariste pour le cinéma (From Hell, Mad Max 2), y déploie une imagination très fertile. L'histoire est extrêmement bien ficelée et la tension toujours maintenue.

Malgré des sujets brûlants d'actualité (terrorisme et passages de frontières, cybercriminalité, changements d'identité …), il ne faut pas s'attendre à une réflexion sur notre société. Néanmoins, l'action et les rebondissements ne se font pas au détriment des motivations des personnages. Terry Hayes prend le temps de bien développer ceux-ci : l'attachant flic new-yorkais victime du 11 septembre, l'espion blessé par son enfance et le terroriste saoudien animé par le désir de vengeance. L'auteur pointe d'ailleurs cyniquement les (foisonnantes) ressemblances entre son terroriste et de son espion.

Même si ce roman ne se distingue pas particulièrement par son originalité, il est hautement addictif. Et terrifiant. Ni les personnages ni les situations ne sont manichéens et franchement, les 900 pages défilent à une vitesse folle. Je conseille sans hésiter ! 

logo pavé 2016