le golem et le djinn

Le Golem et le Djinn de Helene Wecker

Traduit de l'anglais (Etats-Unis) : The Golem and the Jinni

BRAGELONNE / 2016 / 524 pages / 28 euros

1899, Manhattan.

Parmi les exilés et étrangers qui peuplent le Nouveau Monde, nous découvrons le destin de deux créatures magiques : Chava, la golem, la femme d'argile créée pour se soumettre aux désirs des humains et Ahmad, le djinn de feu, partiellement libéré du sortilège qui l'emprisonnait depuis des siècles. Inadaptés à une existence humaine dont ils ne connaissent ni ne comprennent les codes et qui les oblige à cacher leurs vraies natures par peur de déclencher l'effroi, ils vivent solitaires et tourmentés … jusqu'à ce qu'ils se rencontrent enfin.

A son arrivée en Amérique, Chava est recueillie par le vieux Rabbi Meyer qui l'aide à contrôler sa force phénoménale et à devenir boulangère tandis qu'Ahmad vit avec un artisan oriental chrétien nommé Arbeely. Si Chava, raisonnable et pragmatique, est terrorisée par les humains, Ahmad, arrogant et insoumis, parcourt chaque nuit la ville et séduit les riches héritières.

Malheureusement, ces existences 'tranquilles' vont être bouleversées par l'arrivée de Pologne d'un dangereux rabbin corrompu et adepte des sciences occultes

Le Golem et le Djinn est un roman dense qui fait voyager le lecteur de la Pologne en Amérique en passant par la Syrie du VIIème, et navigue entre roman historique et fantastique. Et non dénué d'humour.

« Incapable de supporter davantage la longue succession de nuits pluvieuses, le djinn capitula et fit ce qu'il s'était promis de ne pas faire : il acheta un parapluie » (p.179).

L'originalité de Helene Wecher est de contextualiser son histoire dans les communautés juives et orientales chrétiennes (maronites) de New-York dont elle raconte avec beaucoup de détails les modes de vie et les légendes.

Face à cette originalité, la narration est malheureusement un peu plate et manque de tension/de dynamisme, de surprise dans les 200 premières pages. En effet, même si l'action est présente, l'auteur s’intéresse surtout à la psychologique de ses créatures. A travers celles-ci, elle évoque de beaux thèmes : la servitude et le libre-arbitre, la possibilité de concilier une nature surnaturelle et une existence 'normale' pour se fondre dans le moule social (ou pas) …

Un roman réussi, un plaisir de lecture presque de saison (la plus grande partie de l'intrigue se déroule en hiver, à New-York) …