la 11ème plaie d'egypte

La onzième plaie d’Egypte de Elizabeth Peters

(5ème tome des aventures de Amelia Peabody)

Traduit de l’anglais : The Deeds of the Disturber

(1ère parution : 1988)

Le Livre de poche / 1999 / 440 pages

Après une saison égyptienne mouvementée (cf L’Ombre de Sethos), Amelia, Emerson et Ramsès rentrent à Londres pour permettre à Emerson de terminer son dernier traité d'égyptologie au calme. Las ! Amelia doit recueillir les enfants de son frère, Percy et Violet, ce qui n’est pas du tout au goût de Ramsès, 8 ans, turbulent, savant et drôle. En outre, une momie malfaisante semble sévir au British Museum. Un gardien de nuit est déjà mort. Cette aura de mystère ne fait qu’accroitre l'intérêt des visiteurs et des journalistes pour la momie de Dame Henuthmehit, datée de la XIXè dynastie.

Cette enquête emmène Amelia et Emerson, toujours aussi amoureux et caustiques, dans une fumerie d’opium et à Scotland Yard où ils devront collaborer avec l’inspecteur Cuff. Emerson y retrouvera également une ancienne conquête et Amelia va renouer avec Kevin O’Connell, le journaliste roux et naïf de La Malédiction des pharaons. Un nouveau personnage sympathique s’ajoute à la joyeuse troupe, Margaret Minton, journaliste impétueuse et rusée qui ressemble comme une sœur à Amelia.

Premier tome de la série à ne pas se passer en Egypte et sur un chantier de fouilles, La Onzième plaie d’Egypte n’en est pas moins périlleuse pour Amelia. Une fois n’est pas coutume, l’enquête est moins développée que les relations entre les différents personnages – tous savoureux.

Encore une fois, j’ai passé un excellent moment de lecture avec Elizabeth Peters, c’est drôle, mordant et facile à lire. Parfait pour se détendre.