L'ile aux mensonges

L’île aux mensonges de Frances Hardinge

Traduit de l’anglais (The Lie Tree)

Gallimard jeunesse / 2017 / 400 pages / 18,50 euros

1865. La famille du révérend Sunderly quitte précipitamment son domicile londonien pour l’île de Vane (*sorte d’île anglo-normande fictive*). Demeure isolée et lugubre, domestiques revêches et hostilité de la population locale … Faith Sunderly, 15 ans, comprend que les recherches de son tyrannique père, naturaliste de renom, sont la cause de leur exil et qu’un scandale a éclaté. Un matin, le révérend est retrouvé mort. Faith soupçonne un assassinat.

L’île aux mensonges est un roman à la croisée des genres, à la fois historique, policier et fantastique. Frances Hardinge y installe lentement une ambiance gothique et décadente émaillée d’anecdotes sur les coutumes et les superstitions des victoriens, avant d’accélérer le rythme de son histoire et de provoquer des rebondissements inattendus.

Les thèmes développés par Frances Hardinge surprennent par le réalisme parfois cruel, avec lequel ils sont traités. En effet, comme dans Prodigieuses créatures de Tracy Chevalier, l’auteur traite de la condition et de l’éducation des femmes au XIXème siècle et de la remise en cause des croyances religieuses par la découverte de fossiles et des thèses de Darwin … La narratrice du récit, la jeune Faith est également un point fort du roman : bien que méprisée par un père scientifique qu’elle idolâtre, elle n’aura de cesse de venger sa mort. C’est une jeune fille intelligente, révoltée contre l'éducation indigente qu’elle reçoit et téméraire.

A travers l’élément fantastique (*je tais volontairement de quoi il s’agit*), l’auteure ajoute une atmosphère capiteuse et dérangeante à son récit (n’oublions pas qu’il s’agit d’un roman jeunesse), tout posant d’intéressantes questions de morale.

L’île aux mensonges est un roman passionnant, sombre, dense, qui n’a rien à envier à la littérature dite ‘adulte’. 

Et hop ! J'inaugure le mon 6ème MOIS ANGLAIS !

mois anglais