des-larmes-sous-la-pluie-hd

Des larmes sous la pluie de Rosa Montero

traduit de l'espagnol (Lágrimas en la lluvia)

Éditions Métailié (2013) / 400 pages / 21 euros

Une fois n'est pas coutume, je vous présente un roman de SF ! Je n'ai pas pu résister aux billets si enthousiastes de Béa et de Miss Léo (que je vous recommande d'aller lire car elles en parlent beaucoup mieux et longuement que moi !)

2109, les réplicants vivent aux côtés des terriens. Il s'agit d'androïdes fabriqués à la chaine par les Hommes. Ils ont une durée de vie de 10 ans, une mémoire artificielle et des pupilles verticales. Bruna Husky est de ceux-ci. Détective privée, elle enquête sur une série de violences perpétrées par (et sur) des replicants. Sont-ils victimes d'une drogue frelatée ? Sont-ils la partie visible d'un complot politique aux ramifications complexes qui remettrait en cause l'intégration et l'égalité des androïdes ?

J'ai tout de suite été emballée par l'univers de Rosa Montero (qui, il faut le préciser, n'est pas une romancière habituée à la SF). Comme je suis relativement néophyte en la matière (je n'ai jamais vu Blade Runner dont elle dit s'être inspirée), tout me semblait assez original. Notamment la galerie de personnages qui sont tous particulièrement ambigus. Par exemple, Bruna est un joli portrait de femme écorchée par la vie, dévastée par la certitude de sa propre finitude (chaque matin, elle compte les jours qu'il lui reste à vivre avant sa date de 'péremption'). C'est un personnage physiquement très puissant, une femme splendide qui fait tourner les têtes mais également une âme en peine, fragile, qui noie sa solitude dans l'alcool et le sexe.

J'ai également aimé la vision du futur de la Terre proposée par la romancière : dépassée par des innovations technologiques et le réchauffement climatique, l'Humanité survit au bord du chaos. Le dernier ours est un clone, l'air est taxé et les pauvres vivent dans des ghettos suffocants, l'eau coute tellement cher qu'on prend des douches de vapeur … Malgré la « Paix Humaine globale » signée en réaction à la rencontre de mondes extraterrestres, les extrémistes attendent leur heure … Même s'il s'agit d'un futur assez lointain, l'univers créée par Rosa Montero est très crédible notamment grâce aux coupures d'archives sur l'Histoire de la Terre dont elle entrecoupe son récit. En plus d'être passionnantes, ces pages donnent au récit un côté hyper réaliste.

Surtout, Des larmes sous la pluie posent d'intéressantes questions d'éthique. A l'image de la série TV suédoise Real Humans (à laquelle j'ai beaucoup songé pendant ma lecture), on s'interroge sur le bien-fondé de fabriquer des robots presque humains (ils ont des sentiments) conscients de leur état et condamnés à vivre 10 ans, après quoi ils meurent dans d'atroces souffrances. C'est cruel. Pourtant, peut-on arrêter leur production ? Cela ne serait-il pas une sorte de génocide ? L'éradication d'une nouvelle espèce à part entière ?

Pour conclure, j'ai noté un seul bémol : la résolution de l'enquête de Bruna m'a semblée peu satisfaisante et peu ambitieuse. Sinon, il n'y a que des bons points : une histoire de SF en un seul tome, une écriture très maitrisée, un récit qui se déroule à Madrid et pas (encore une fois !) dans un univers anglo-saxon … Bref ! Des larmes sous la pluie est un bon polar, paranoïaque à souhait et baigné par une ambiance SF inspirée. Et c'est sûr : je lirai d'autres romans de Rosa Montero. Des suggestions ?