GOTLe Trône de fer, l'intégrale 1 de George R. R. Martin

Traduit de l'américain par Jean Sola (Game of Thrones)

J'ai Lu (2011) / 785 pages / 14,90 euros

Contient Le Trône de fer et Le Donjon rouge.

 

Après 2 semaines de lecture ininterrompue de cette saga épique, difficile pour moi d'en sortir pour écrire ce commentaire … J'ai adoré. Et j'ai hâte de me plonger dans la suite. Au début, j'avoue avoir été un peu déstabilisée par la traduction : elle me semblait très mauvaise. Et puis, je suis progressivement tombée sous le charme du français médiéval, archaïque et inventif, utilisé par Jean Sola : quoi de plus dépaysant ? Et qui colle parfaitement au récit de George R. R. Martin. Il me tardait de retrouver ces chevaliers qui 'démontent' de cheval, qui manient des 'estramaçons' …

Impossible de résumer ce 1er tome : sachez seulement que George R. R. Martin alterne les PoV d'une dizaine de personnages. Comme la moitié sont des enfants (ou des adolescents), il me semble que ce 1er tome est avant tout un roman initiatique. Tous perdent leur innocence, grandissent (trop) vite dans un monde de guerre, de trahison et de violence à forte inspiration médiévale. Pour simplifier, on suit le destin des rejetons de 3 nobles maisons du royaume imaginaire des Sept Couronnes : les Stark (Sansa 12 ans, Arya 9 ans, Robb et Jon 14 ans, Bran 6 ans et Rickon 3 ans), les Lannister (Tyrion) et les Targaryen (Daenerys 13 ans, et son frère Viserys 17 ans). Plus Eddard et Catelyn Stark. On comprend très rapidement qu'il n'y aura pas UNE histoire mais divers récits dont le lien est la possession du Trône de fer.

Eddard Stark, seigneur de Winterfell, coule des jours paisibles au sein d'une famille soudée. « L'hiver vient » est la devise des Stark et ne tarde pas à se révéler prémonitoire : dès les 1ères pages, leur bonheur simple est troublé par la visite du Roi, Robert Barathéon, qui demande à Eddard de devenir sa Main c'est-à-dire son plus proche conseillé. Contraint d'accepter, Eddard doit rejoindre la cour, accompagné de ses filles, Sansa et Arya. Si Sansa, dont la beauté n'a d'égal que la naïveté, se conduit en jeune dame distinguée, sa petite sœur Arya ne souhaite que manier l'épée. La vie à la cour n'est pourtant pas un jeu. Seul à s'opposer aux Lannister, le clan de la reine Cersei, pourri jusqu'à la moelle et qui ourdit complot sur complot pour s'emparer du Trône à la place de Robert, les Stark sont menacés.

Parallèlement au départ d'Eddard Stark de Winterfell, son bâtard Jon Snow décide de s'engager dans la Garde de Nuit chargée de surveiller le Mur, qui protège le royaume des Sept Couronnes d'une forêt séculaire, peuplée de renégats et de fantômes. Sommé de renoncer à sa vie d'avant, Jon y fera l'apprentissage de l'humilité (il est bâtard d'un seigneur au milieu d'autres marginaux : indigents, criminels …), de la solidarité, de la peur et du courage … J'ai beaucoup aimé ce personnage, très complexe, torturé par ses origines obscures et qui peine à trouver sa place.

Enfin, un troisième front occupe le lecteur : Pentos et le destin des héritiers des dragons, seigneurs de la maison Targaryen. La fragile Daenerys vient d'être vendue par son frère pervers à Khal Drogo, un Dothraki, chef d'un peuplé cruel aux mœurs très rustres. On frémit pour ce bourgeon de jeune fille livrée à une brute qui parle une langue étrangère … Pourtant, rien ne se passe comme le lecteur s'y attend !

De manière générale, j'ai apprécié dans Le Trône de Fer que les personnages ne soient pas manichéens et que la sexualité ne soit pas évacuée et tienne une place importante dans les jeux de pouvoir. J'ai été sensible à la noirceur de l'histoire, à la complexité des passions qui animent les héros. A ce titre, j'ai été touchée par Tyrion Lannister, aussi appelé 'le nain' ou 'le Lutin', régulièrement humilié et maltraité par son seigneur de père, Tywin Lannister. Pourtant Tyrion ne demande qu'à faire ses preuves malgré son handicap et possède un humour qui fait mouche (et une propension à s'attacher aux putains !). Comme Tyrion « j'ai [...] un faible pour les infirmes et les bâtards et les choses brisées » (page 241).

L'intégrale 1 se termine sur une situation très compliquée (et haletante) : Tyrion est en route vers Port Réal pour gouverner le royaume à la place de Cersei Lannister et de son fils psychopathe. Lord Renly s'est proclamé roi légitime : « et le royaume avait deux rois. Deux rois, et pas à l'amiable. » (page 773). Jaime Lannister est aux mains des Stark lesquels, commandés par Robb Stark viennent de remporter une grande victoire. Robb Stark est proclamé 'roi du nord' par ses proches. Du côté du Nord, Jon se prépare à franchir le Mur sous le commandement de Lord Mormont. En pays Dothraki enfin, Daenerys transformée en guerrière vengeresse, vient de mettre au monde 3 dragons (et j'ai dans l'idée qu'elle pourrait faire une redoutable 4ème prétendante au Trône de fer !).

En vrac, les questions que je me pose (et dont j'espère avoir les réponses dans le second tome de l'intégrale) : Qui est la mère de Jon Snow (j'ai l'impression qu'il y a un mystère important là dessous) ? Entre quelles mains Arya Stark est-elle tombée ? Comment va évoluer la relation étrange mais à fort potentiel romantique de Sansa Stark et Sandor Clégane, le défiguré ? Brynden, l'oncle de Catelyn Stark, est-il gay ? Ser Barristan Selmy, chevalier blanc de la Garde personnelle du roi, congédié par Joffrey Lannister, va-t-il rallier les Stark ? Stannis Barathéon, frère de feu le roi Robert, existe-il vraiment ? George R. R. Martin entretient bien le mystère, à ce sujet : 900 pages à glosser sur ses intentions, ses préparatifs (lesquels ?) sur une île lointaine de la Couronne, sans jamais le voir … Bref ! À moi la suite !