moi jennifer strange

Moi, Jennifer Strange, dernière tueuse de dragons de Jasper Fforde

Traduit de l'anglais (The Last Dragonslayer)

Fleuve Noir (Territoires) / 2011 / 296 pages / 15,90 euros

J'étais curieuse de savoir comment Jasper Fforde pouvait passer de l'uchronie littéraire à la fantasy plus traditionnelle. Même si Moi, Jennifer Strange, dernière tueuse de dragons n'est pas exceptionnel, au moins ai-je achevé ma lecture (contrairement à L'Affaire Jane Eyre) !

Dans un monde imaginaire où la magie est sur le déclin, Jennifer Strange est la directrice suppléante de Kazam c'est-à-dire une agence d'accueil et d'embauche destinée aux sorciers. Pour survivre, ces derniers sont effectivement contraints de monnayer leurs dons pour réparer des plomberies, faire fuir des taupes ou entretenir les égouts de la royauté. Une prophétie annonçant la mort du dernier dragon vient bouleverser la tranquille vie de Jennifer et du royaume.

C'est un roman qui fourmille de trouvailles amusantes mais qui souffre d'un début trop descriptif et qui manque d'originalité. De plus, la traduction française du titre dévoile incompréhensiblement un des mystères clés du livre … Quel dommage !

En outre, Jasper Fford donne à son récit imaginaire un encrage social contemporain puisqu'il développe une réflexion autour du pouvoir des médias, de l'argent et du profit. Or ce sont précisément ces passages (répétitifs, caricaturaux et moralisateurs) qui m'ont agacées. D'autant plus qu'il n'y apporte aucune alternative (seule son héroïne semble y échapper).

Finalement c'est l'aspect militant écolo que je retiendrai. Mention spéciale notamment à la conversation entre Jennifer et le dragon sur la théorie de l'évolution, les espèces protégées, la supériorité des reptiles et crustacés sur les mammifères très drôle et intelligente.

Bizarrement, j'ai quand même achevé ma lecture sur l'impression que 'finalement c'était pas si mal que ça'. Bref ! C'est un roman distrayant et qui va au-delà de la fantasy habituellement destinée jeunes adultes, par le message qu'il veut faire passer, donc c'est positif. Par contre, une suite ne me semblait pas nécessaire …

Lu dans le cadre du MOIS ANGLAIS et dans le Challenge MYSELF de Romanza.

logo mois anglais

 

Challenge myself 2014