homme-de-la-montagne_maynard

L'Homme de la montagne de Joyce Maynard

Traduit de l'anglais (États-Unis) : After Her

Éditions Philippe Rey (2014) / 318 pages / 20 euros

J'avais hâte de lire ce nouveau roman de Joyce Maynard dont j'ai énormément aimé Long week-end et Les Filles de l'ouragan. Je suis contente de ne pas avoir été déçue, même si L'Homme de la montagne s'avère moins enthousiasmant que les 2 autres.

« L'homme de la montagne » c'est un tueur qui terrorise les habitants de la banlieue de San Francisco, pendant l'été 1979. Rachel et Patty, deux frangines unies et détectives amateurs, habitent justement au pied de cette montagne ambivalente : terrain de jeux excitant et lieux de dangereuses découvertes. Comme leur père est l'inspecteur de police en charge de l'affaire, Rachel et Patty assistent à distance à l'enquête, très médiatisée.

Je m'attendais à un roman policier, peut-être un peu macabre. Or L'homme de la montagne est plutôt un roman sur une famille fragilisée par un divorce et aussi un roman d'apprentissage. Il y est beaucoup question de gentillesse et d'amour. Rachel et Patty forment un duo plein de fraîcheur et de naïveté. Ce sont deux petites sauvageonnes qui évoluent au gré des expériences rendues possibles grâce au laxisme de leur mère, mais qui restent de chouettes gosses, moralement très droites.

J'ai aussi été touchée par la formidable histoire d'amour entre le père et ses filles. C'est d'autant plus émouvant que Tony Toriccelli n'est pas un père parfait, qu'il sombre progressivement sous nos yeux (et ceux de ses filles) mais qui continue toujours de faire tout ce qu'il peut pour elles.

J'ai été moins convaincue parles réflexions sur la difficulté d'avoir 13 ans, âge charnière : les 'visions' de Rachel (moyen pour J. Maynard d'illustrer que l'adolescence est propice à l’exhalation, nourrie par l'imaginaire d'adultes en devenir) et ses craintes/son attente de la sexualité, de son corps qui se transforme.

Bref ! L'Homme de la montagne est un joli roman sur les liens familiaux et sur l'enfance qui s'achève, agrémenté d'un tueur en série effrayant. Et un bon moment de lecture.

mois américain logo