les falsificateurs

les éclaireurs

Les Falsificateurs (t1)

Les Éclaireurs (t2)

De Antoine Bello (2007 et 2009) / Gallimard

Repérés chez Miss Léo puis chez Galéa, j'ai lu ces 2 romans d'une traite tellement j'étais enthousiasmée ! J'ai donc vécu 2 semaines avec un bel islandais, géographe de formation, qui se pose des tonnes de questions passionnantes sur notre société.

Pour résumer, c'est l'histoire d'un jeune islandais nommé Sliv Dartunghuver, qui intègre puis gravit les échelons d'une société secrète qui falsifie et réécrit l'histoire. Cette société secrète est le CFR (Consortium de Falsification du Réel) dont les agents opèrent sur les 5 continents et noyautent leurs institutions, les entreprises … pour modifier la réalité. Seul les agents les plus élevés dans la hiérarchie connaissent le but du CFR. Sliv oscillera sans cesse entre son exhalation (voire son addiction) au processus de falsification et sa crainte d’œuvrer pour une mauvaise cause.

Le tome 1, Les Falsificateurs, est un récit initiatique qui prend son temps puisqu'on y suit Sliv pendant la décennie 90, qui correspond à ses 20 ans. Pour lui (comme pour le lecteur), c'est le temps de la découverte d'un nouvel univers, de la naïveté (durement balayée) et des premiers questionnements. C'est un tome mystérieux, Sliv et le lecteur naviguent dans l'inconnu d'une société qui pourrait être terroriste.

Le tome 2, Les éclaireurs, est moins mystérieux, plus dans l'action, presque contemporain et très rythmé. Sliv s'est affranchi de ses tuteurs, il est plus mature. Les personnages du tome 1 s'y livrent à une course contre la montre dans l'Amérique post 11-septembre et la marche vers la guerre en Irak. J'ai préféré ce tome au précédant, probablement parce les événements me sont plus familiers.

Quelques réserves mais ma curiosité l'a emportée.

En effet, j'ai trouvé certains développements trop longs (les bushmen, la hausse des prix du pétrole, l'indépendance du Timor …). Mais j'ai admiré la somme des connaissances ethnologiques, politiques et historiques de Antoine Bello. Certains passages m'ont d'ailleurs fait songer à Jean-Christophe Rufin. Sauf que Rufin est un diplomate qui a vécu nombre de situations qu'il décrit et que Antoine Bello se contente de remercier l'encyclopédie Wikipédia et le partage des connaissances qui s'y fait, allégeance qui 'colle' parfaitement avec l'esprit de son récit. Et une mystification de plus dans ce roman.

J'ai apprécié de découvrir les arcanes/les dessous du pouvoir mondial (même si c'est pour de « faux »). J'ai frissonné d'angoisse (et régulièrement frôlé la paranoïa) que cette société secrète qui s'amuse avec le réel existe vraiment. Or pour moi, l'exactitude des faits, l'authenticité des sources historiques (ou autres) sont sacrées. Ça me hérisse qu'on puisse même songer à les manipuler. Et encore plus si c'est juste pour s'amuser (*la réécriture des Trois Mousquetaires ; la création d'auteurs du XIXème siècle ...*). De ce point de vue là, le livre a formidablement bien fonctionné sur moi (malgré les longueurs déjà mentionnées). En outre, j'ai trouvé les personnages (et surtout Sliv) très travaillés et singuliers.

Plus que les (nombreux) questionnements que provoquent la série (la frontière entre le bien/le mal, le poids de l'Humanité face à une vie sauve, la religion et la morale, le sens de la vie et du travail …), c'est l'incroyable imaginaire de Antoine Bello qui m'a conquis. Et franchement, si je ne l'avais pas su, je n'aurai jamais cru que c'est un auteur français.

Je sais qu'il existe un tome 3 mais je ne suis pas sûre de le lire car la fin du tome 2 est déjà satisfaisante …