a-travers-les-champs-bleus,M99145A travers les champs bleus de Claire Keegan

Traduit de l'anglais (Irlande) (Walk the Blue Fields)

Sabine Wespieser éditeur (2012) / 256 pages / 22 euros

A travers les champs bleus est un recueil composé de 8 nouvelles « pour l'essentiel enracinées dans la terre d'Irlande, évoquant le pouvoir dévastateur des mots (La Mort lente et douloureuse), les relations des pères et de leurs filles (Le Cadeau d'adieu, La Fille du forestier), les amours impossibles (A travers les champs bleus, Chevaux noirs, La Nuit des sorbiers), la force des préjugés (Près du bord de l'eau) ou le poids des traditions (Renoncement) » (*présentation de l'éditeur*)

Claire Keegan décrit des irlandais viscéralement attachés à leurs terres  (parfois plus qu'à leurs femmes !), vivants dans des habitations isolées où la Nature rythme invariablement leurs journées. Solitude, labeur et renoncement sont leur pain quotidien. Les hommes sont rustres, souvent lâches et noient leurs ennuis dans la bière ou le whisky. Les femmes subissent des mariages sans amour en silence : « Puis elle est montée et a passé le reste de son existence avec un homme qui serait rentré sans elle ». Elles sont parfois un peu fantasques aussi. Mais il ne faut pas s'y tromper : les passions et le désir sont vifs ! Car il est beaucoup question d'amour dans ces nouvelles … Claire Keegan l'exprime avec délicatesse, il faut savoir surprendre au détour d'une phrase un subtil frémissement, un regard, une parole pas si anodine. C'est une écriture belle, intemporelle dans sa description des tourbières irlandaises, des falaises battues par l'océan et des personnages très variés (hommes, femmes, enfants et même animaux !)

Même si la religion joue un rôle fondamental dans une société largement rurale, les prêtres fautent, l'hypocrisie (sexuelle) derrière les convenances est omniprésente et les vieilles croyances ne sont jamais loin (sorcières, fantômes peuplent les rêves des protagonistes) : « La benjamine de Martha organise des enterrements pour les papillons morts, mange les roses et recueille les têtards sur les entiers du bétail » (page 113). J'ai beaucoup aimé ce mélange de modernité et de superstitions archaïques.

Les nouvelles sont un peu inégales. Par exemple, je n'ai pas trouvé d'intérêt à  Près du bord de l'eau où un jeune homme souffre de n'oser faire son coming out vis-à-vis d'un beau père férocement homophobe (c'est d'ailleurs la seule histoire ne se situant pas en Irlande).

Au contraire, La Nuit des Sorbiers vaut la lecture du recueil à elle seule (c'est ma nouvelle préférée). L'histoire ressemble à un conte triste. Une jeune femme emménage dans une maison mitoyenne partagée par un célibataire cocasse (il dort avec sa chèvre, vit dans la crasse et ignore tout du sexe !). Elle-même a vécu un drame honteux dans sa jeunesse et sa solitude accroit son désir d'enfant : « si seulement je pouvais exclure l'homme, pensait Margaret, avoir un enfant serait envisageable. Un homme était un fléau et une nécessité. Si elle en avait un elle devrait le convaincre de prendre des bains et de se servir d'un couteau et d'une fourchette » (page 221). Une nuit, Margaret jette l'eau de son bain de pied dehors (très superstitieuse, elle craint que garder de l'eau sale à l'intérieur lui apporte le malheur !) sur son extravagant voisin. C'est le début d'une relation émouvante, la rencontre de 2 solitudes mais on sent que l'issue ne peut qu'être triste …

A travers les champs bleus, qui donne son titre au recueil, est aussi très touchante. Elle narre le calvaire d'un prêtre qui marie la beauté rousse qu'il a fréquenté (et qu'il aime encore). Il ne s'était pourtant pas résolu à quitter la prêtrise pour elle. Maintenant qu'il est trop tard, il subit un banquet de mariage qui est un modèle de cruauté. Le lecteur est happé par sa douleur et sa solitude.

Le Cadeau d'adieu raconte le dernier jour d'une situation familiale monstrueuse où la cadette quitte enfin le foyer où son mère la livrait à son père … Poignant.

Pour conclure, A travers les champs bleus est un joli recueil de nouvelles proposant une vision de l'Irlande très riche, à la fois intemporelle et loin de certains clichés habituels.