meurtres au manoir

Meurtres au manoir de Willa Marsh

Traduit de l'anglais : The Quick and the Dead

Éditions Autrement (Littératures)

2012 / 274 pages / 19 euros

Célibataire londonienne, Clarissa est une charmante écervelée qui rêve de se caser. Justement, elle pense mettre rapidement le grappin sur Thomas, jeune veuf propriétaire d'un manoir de style Tudor « à mourir ». Clarissa s'imagine déjà en mère de famille BCBG, recevant ses amis autour d'un thé et de porcelaine fine … Mais elle se défend bien de préférer le manoir au veuf, évidemment ! Même les chères vieilles adorables tantes de Thomas, Olwen et Gwyneth (qui habitent à demeure) semblent ravies. Or Clarissa ignore encore qu'elle vient d'entrer dans un véritable panier de crabes où « les morts et les vifs sont liés les uns aux autres pour l'éternité »

J'ai beaucoup aimé cette histoire de maison hantée à l'atmosphère désuète et presque intemporelle. Les vieilles croyances païennes du pays de Galles servent de prétexte à Willa Marsh pour brosser une lignée des femmes impitoyables, entre puissantes sorcières et simples illuminées, maniant aussi bien les armes sacrificielles que les tisanes manipulatrices. Malgré une incroyable noirceur doublée d'une (non moins) incroyable immoralité, Meurtres au manoir est un roman assez léger, absolument pas dans le registre de l'horreur … En effet, je me suis réjouie de côtoyer tous ces personnages (opportunistes et immoraux) qui poursuivent leurs propres objectifs (forcément contradictoires) avec un effroyable cynisme tout en restant d'un flegme so british en apparence ! Bien que Clarissa soit une véritable girouette difficile à apprécier, le lecteur ne peut qu'avoir de la peine pour cette jeune femme empêtrée dans un jeu de dupes qu'elle ne comprendra jamais …

(* enfin, la remarque qui ne sert à rien*) j'ai adoré les prénoms gallois aux sonorités si chantantes et parfaitement exotiques (pour moi !) qui ponctuent Meurtres au manoir : Olwen, Gwyneth, Claerwen, Angharad … (ce ne sont que des prénoms féminins, les hommes n'ayant que des patronymes assez communs. D'ailleurs, les hommes sont assez peu considérés et glorieux dans ce roman !)

Pour conclure, c'est sûr je lirai d'autres romans de Willa Marsh et je conseillerai ces délicieux Meurtres au manoir aux amateurs de maison hantée et de tea-time !