jusqu___ce_que_la_mort_ns_unisse

Jusqu'à ce que la mort nous unisse de Karine Giebel

POCKET (2011) / 604 pages / 7,70 euros

Encore une fois, voilà un roman policier que m'a conseillé ma sœur pour me convaincre que la production française est diversifiée et de qualité.

Vincent Lapaz, guide de randonnée dans le Mercantour, ne croit pas à la mort accidentelle de Pierre, son ami depuis l'enfance. Lui-même guide et féru de montagne, comment aurait-il pu chuter ? Aidé de Servane, une jeune gendarme nouvellement mutée, Vincent enquête. Tandis que Vincent initie Servane aux beautés de la montagne et qu'un corbeau distille ses informations au duo, une sombre histoire de chantage se dévoile. Et le lecteur de découvrir une vallée paumée, envahie par les touristes estivaux, et ses (nombreux) vices.

La relation entre Vincent et Servane, qui oscille entre amitié et amour, est paradoxalement le point fort et le bémol principal du livre. J'ai adoré leur complicité mais Karine Giebel n'échappe pas à une certaine mièvrerie. Personnellement, j'ai adoré mais ça peut lasser. Vincent est un chouette personnage, un vrai salaud qui, blessé par une séparation, se venge sur les autres femmes. Au contraire, Servane est naïve et fragile mais spontanée.

Indéniablement, Jusqu'à ce que la mort nous unisse est un roman dans lequel l'enquête a moins d’importance que les interactions entre les protagonistes et la découverte de la région. Quel plaisir d'ailleurs, un cadre non urbain, quel dépaysement cette vallée d'Allos et les gorges du Verdon … Voilà qui m'a rappelé ma rando UCPA de mois d’août ! Ainsi que l'excellent Glacé de Bernard Minier.

Pour autant (et même si elle n'intervient pas de suite), l'intrigue policière tient la route. Jusqu'à ce que la mort nous unisse est un page-turner : impossible de m'arrêter (ni même de ralentir) ma lecture. Résultat : 600 pages lues en 3 jours ! Bref, depuis le temps que je vois des romans de Karine Giebel circuler sur les blogs, je regrette de ne pas m'être laissée tenter plus tôt (*et de ne pas avoir dépassé mes préjugés avant !*)...