persuasionPersuasion de Jane Austen

(première édition : 1815)

Persuasion est connu pour être le roman le plus autobiographique de Jane Austen, achevé peu avant sa mort. Il a sans aucun doute une place à part dans son œuvre : une héroïne avec laquelle Jane Austen n'est pas tendre, un héros qui n'est ni clergyman ni propriétaire terrien et un dénouement non dénué de nuages … Un peu pour toutes ces raisons, j'ai été enchantée par cette lecture !

A 27 ans, Anne Elliot n'est toujours pas mariée. Elle est la fille d'un baronnet vaniteux et dépensier, Sir Walter Elliot, et occupe l'inconfortable position intermédiaire entre Mary, sa jeune sœur déjà mère et hypocondriaque chronique et Elizabeth, leur ainée autoritaire et superficielle. Forcés de quitter la propriété familiale grevée de dettes, les Elliot mettent le château de Kellynch en location et s'installent à Bath. Anne se résigne à passer le reste de son existence sans l'amour d'un homme, ni l'affection d'une famille.

Pourtant le retour de celui qu'elle avait jadis aimé, devenu capitaine de la Royal Navy, lui redonne espoir. Mais le capitaine Friedrick Wentworth va-t-il pardonner Anne d'avoir rompu leurs fiançailles ? A l'époque, déterminé et confiant en l'avenir, Wentworth considéra le renoncement d'Anne comme une preuve de faiblesse de caractère. « Elle l'avait abandonné pour obliger autrui. Cela avait été l'effet d'un excès de persuasion. C'était un signe de faiblesse et de timidité ». Huit ans après, les sentiments d'Anne sont intacts mais la blessure est toujours vive pour Wentworth : « son cœur était, en un mot, pour n'importe qu'elle jeune femme qui viendrait sur son chemin, sauf Anne Elliot ». Or Louise et Henriette Musgrove, belles-sœurs par alliance de Anne, rivalisent de jeunesse pour séduire le bel officier. Anne Elliot et Friedrick Wentworth feront-ils revivre un amour mutuel, plus mûr, plus sûr ?

 

Pourquoi j'ai aimé Persuasion ?

 Anne Elliot est une héroïne très différente d'Elizabeth Bennet ou Emma Woodhouse « belles, riches et intelligentes ». Jane Austen fait un portrait très sévère d'elle : vieille fille « maigre et déjà fanée » désillusionnée, complètement passive face à l'égoïsme de sa famille. On est d'autant plus touché par sa 'renaissance' progressive grâce à l'amour.

Les personnages masculins sont intéressants, beaucoup plus complexes et travaillés que dans certains romans de Jane Austen. Pour une fois, ils ne se laissent pas forcément influencer par les médisances (des femmes). Friedrick Wentworth est un modèle de droiture, qui semble très dur envers Anne mais il est d'une extrême fidélité. J'ai également aimé William Elliot, trop parfait pour être honnête (j'avais même fini par me persuader qu'il était intègre !).

Le romanesque est moins évident que dans les autres romans de Jane Austen. L'histoire d'amour, le coup de foudre, la passion … appartiennent au passé lorsque débute Persuasion. Persuasion n'est pas une histoire d'amour, c'est l'histoire de la renaissance d'un amour avorté parce que Anne écouta les conseils de sa marraine, Lady Russell, lui indiquant que Wentworth n'était pas digne d'elle. J'ai aimé la manière dont Jane Austen provoque un énorme effet d'attente au sujet du mystérieux Wentworth. Il apparaît tardivement dans l'histoire (au 7ème chapitre), est d'abord présenté par les Musgrove, alors qu'Anne évite la confrontation … Bref ! j'avais vraiment hâte de découvrir ce personnage et leurs réactions face aux retrouvailles !

Friedrick Wentworth est émouvant. « A well-looking man, a very well-looking man ». C'est un homme d'action (un officier qui a combattu pendant les guerres napoléoniennes), ambitieux, brillant et enrichi. Or il est toujours ému par la jeune fille qu'il aimât passionnément 8 ans auparavant (et pourtant, on connait l'adage concernant les marins : 'une femme dans tous les ports' …). C'est un homme attentif aux autres (contrairement au père d'Anne et de William Elliot), qualité ultime selon mes critères.

Bath_Circus

Enfin, j'aime toujours deux choses essentielles chez Jane Austen : la critique de l'Angleterre géorgienne qu'elle égratigne avec humour (moins présente dans Persuasion) et ses descriptions de paysages. Et la ! Quelle merveille ! Déjà que je rêve de visiter la ville balnéaire de Bath … Mais surtout, j'ai adoré retrouver Lyme Regis, la ville côtière
du Dorset, découverte dans Prodigieuses Créatures de Tracy Chevalier où Mary Anning trouva des fossiles.

Persuasion-2007

Séduite par le roman, je me suis immédiatement jetée sur l'adaptation de 2007 (ITV) (* heureusement j'avais eu la bonne idée d'acheter le coffret *). Je suis plus mitigée …

J'ai aimé y retrouver Anthony « Gilles » Head et surtout Rupert Penry-Jones interprétant respectivement Sir Watler Elliot et Friedrick Wentworth, excellents. L'inspecteur Chandler de Withchapel est super sexy en costume d'époque … J'ai été moins convaincue par l'actrice qui joue Anne Elliot (Sally Hawkins). Globalement, le téléfilm manque de subtilité, ne développe pas les intrigues secondaires (par exemple le double jeu de William Elliot) ce qui amenuise la tension entre Anne et Wentworth : bref ! C'est trop court. Certains passages marquants du livre sont absents (la lettre, le sauvetage d'Anne lorsqu'elle se fait attaquer par un bambin, remplacé par une chute). Or c'était ces scènes que j'attendais impatiemment.

Autre chose, la fin m'a semblé un peu ridicule et je m'interroge sur l'anachronisme d'une jeune femme 'en cheveux' (sans chapeau ni manteau) courir dans les rues de Bath (avec un corset et des chaussures sûrement inconfortables !) après un homme puis, l'embrasser fougueusement en public …

Lyme-Regis-Cobb

anomite-lyme-regis

Cela dit, les paysages sont absolument magnifiques et l'adaptation m'a permis de résoudre ENFIN un mystère qui me taraudait dans le livre : comment une jeune femme en pleine santé comme Louise Musgrove peut-elle faire une chute si grave en tombant d'un simple escalier ? Ok, j'ai vu les escaliers du Cobb de Lyme Regis : venteux, glissants à mort … j'ai compris !

Pour conclure, Persuasion est un classique à découvrir dans le texte et pas dans l'adaptation TV (qu'il faut plutôt prendre comme une distraction plaisante).

Ce billet marque ma 6ème participation au MOIS ANGLAIS organisé par LOU et TITINE.

C'est également une lecture commune avec Miss Léo, Virgule et Malorie dont vous pouvez aller lire les billets passionnants.

mois anglais logo 3